lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Projet d’aménagement hydroélectrique de Koukoutamba en Guinée : L’OMVS accélère la cadence et signe un contrat de 812 millions USD avec le Chinois Sinohydro

Mercredi 6 Mars 2019

C’est un coup d’accélérateur que le Haut-commissaire de l’Organisation pour la Mise en valeur du Sénégal(OMVS) , M. Hamed Diane Séméga vient de réaliser. En effet, il vient de signer avec la société chinoise Sinohydro corporated, à Conakry, le contrat commercial pour la réalisation du projet d’aménagement hydroélectrique de Koukoutamba, a appris le journal de l’économie malienne (Lejecom).


L’aménagement hydroélectrique de Koukoutamba est situé  en territoire guinéen sur le Bafing, principal affluent du fleuve Sénégal, à environ 570 km au nord-est de la capitale Conakry. Il se compose principalement du barrage, de lignes HT de transport d’énergie, d’une route d’accès de 150 Km et de la cité du Maître de l’ouvrage.
Koukoutamba va constituer le quatrième et plus grand aménagement hydroélectrique réalisé par l’OMVS, après ceux de Manantali (2002), de Félou (2013), et Gouina (en cours de construction). Le coût du projet est estimé à 812 millions USD. Le mode de financement retenu est l’Engineering Procurement Construction (EPCF), c’est-à-dire construction clé en mains, avec apport de financement. C’est le premier projet de l’OMVS conçu selon ce mode de financement. Le délai prévisionnel de réalisation des travaux est de quatre ans.

La centrale aura une puissance installée de 294 MW pour un productible moyen annuel de 888 GWh. Deux lignes de transport à haute tension de 225 KV d’une longueur totale cumulée d’environ 600 km partent de la centrale, la première vers Conakry via le poste d’interconnexion sous régional de Linsan et la seconde vers le barrage de Manantali. Elles permettront de raccorder le réseau électrique guinéen au réseau de l’OMVS, appelé réseau interconnecté de Manantali (RIMA).

L’ouvrage participera également à la régularisation des débits du fleuve Sénégal, au profit des activités liées à l’agriculture, la navigation, la fourniture d’eau potable, la pêche et la préservation des écosystèmes du bassin.
 Pour rappel, l’OMVS participe activement à l’approvisionnement des Etats membres en énergie en vendant de l’électricité aux différentes sociétés nationales en charge de l’électricité. En l’état actuel, 260 MW sont produits par les centrales de Manantali et de Félou et acheminés par le Réseau interconnecté de Manantali (RIMA).
Mahamane Maïga


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter