lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Réinventer l’éducation pour tous en Afrique

Lundi 10 Mai 2021

Ce qui nourrit les inquiétudes internationales sur la situation de l’éducation en Afrique, c’est d’abord le nombre d’enfants non scolarisés – actuellement un tiers de ceux qui, dans le monde, n’ont pas accès à l’enseignement. Mais s’il demeure prioritaire de leur ouvrir le chemin de l’école, les responsables politiques du continent devraient aussi s’intéresser de plus près aux contenus et à la forme des enseignements.


Réinventer l’éducation pour tous en Afrique
Aujourd’hui, même les enfants qui fréquentent l’école ont des problèmes. En Afrique subsaharienne, ils sont jusqu’à 40 % qui sortent de l’école primaire sans avoir acquis les compétences de base. Les nombreux enfants ayant pris du retard dans leur parcours scolaire sont les plus susceptibles, globalement, de l’interrompre. De plus, ce sont les filles et les enfants les plus pauvres qui s’en sortent le moins bien au regard des comparaisons internationales des résultats scolaires. L’African Learning Barometer  (le Baromètre de l’enseignement en Afrique) rapporte ainsi qu’« au Malawi, 52 % des filles en fin d’école primaire n’ont pas reçu les compétences de base, contre 44 % des garçons » et qu’« au Botswana, 7 % des enfants parmi les plus favorisés ne reçoivent pas d’enseignement, contre 30 % des enfants pauvres ».

En outre, la part de la population en âge d’être scolarisée croît en Afrique subsaharienne plus vite que partout ailleurs dans le monde. Aux rythmes actuels, environ 20 % des enfants  de la région seront toujours absents des bancs de l’école en 2030, la qualité de l’enseignement continuera de baisser  et la proportion d’enseignants qualifiés se réduira encore, comme c’est le cas depuis vingt ans. Pour parachever le tableau, les bouleversements induits par la pandémie de Covid-19 peuvent laisser craindre que de nombreux enfants ayant dû quitter l’école n’y reviennent jamais. 

L’UNESCO et le Rapport mondial de suivi sur l’éducation ont présenté  plusieurs options de politique éducative pour relever ces défis, parmi lesquelles l’augmentation des locaux disponibles, la suppression des frais de scolarité et l’assouplissement de certains cadres, qui font obstacle à la progression, comme les examens nationaux. Pour encourager l’inscription dans les établissements d’enseignement secondaire, les gouvernements pourraient envisager d’accroître le nombre d’années d’études obligatoires et veiller à une application plus stricte des conventions internationales contre le travail des enfants. Enfin et surtout, les options proposées – plus d’écoles et d’enseignants formés, une couverture plus étendue – requerraient de multiplier au moins par six  les niveaux actuels de financement.

Mais l’attention portée, depuis des dizaines d’années, à l’extension de l’accès à l’éducation et au « rattrapage » du reste du monde, laisse irrésolues nombre de questions importantes. Et notamment celles-ci : les systèmes scolaires africains actuels préparent-ils les élèves à réussir dans un monde en évolution rapide ? et quelle considération accorder à des problèmes plus fondamentaux comme la pertinence des programmes, les modes de transmission, et jusqu’à l’idée même de la traditionnelle école ou salle de classe comme lieu unique de l’enseignement ? 

La réforme de l’éducation en Afrique, au-delà de l’amélioration de l’accès à l’enseignement, a obtenu des résultats inégaux. Les programmes s’inspirent encore, pour une grande part, de ceux qui avaient été conçus par les anciennes puissances coloniales, destinés à former des employés et des techniciens pour les administrations coloniales, et qui, en tant que tels, s’attachaient à inculquer les normes économiques, sociales et culturelles européennes. Mais aujourd’hui, les objectifs de l’éducation ne sont plus les mêmes et visent à permettre le développement de toute la personne, dans toutes sortes de contextes, en prodiguant à chacune et à chacun les compétences qui lui permettront de réussir.

La Déclaration mondiale de 1990 sur l’éducation pour tous, a reconnu que l’éducation de base devait, d’abord et avant tout, chercher à situer l’enfant dans son environnement et à lui permettre de développer pleinement ses talents afin de répondre de façon pertinente aux opportunités, aux contraintes et aux incohérences ou aux variations de cet environnement. Outre l’extension de l’accès à l’éducation, les responsables politiques devraient donc aussi contextualiser, simplifier et démocratiser les programmes scolaires et les méthodes d’enseignement.

Une éducation pertinente au plan local, donnée dans une langue que l’enfant comprend, représente le meilleur espoir de le voir améliorer son acquisition des compétences de base, qui sont l’indispensable clé des compétences de haut niveau nécessaires à la construction d’une société pourvue d’un bagage scientifique. Des initiatives sont prises, dans toute l’Afrique, pour concevoir des programmes qui traduisent mieux la situation locale, mais beaucoup ne parviennent pas à dépasser le stade de l’expérimentation, en raison de défaillances dans la mise en œuvre de ressources pédagogiques adaptées et du manque de soutien apporté aux enseignants dans le cours de la transition.

Le besoin de simplification est intimement lié aux nécessités de la contextualisation. Les programmes actuels des écoles africaines sont surchargés de contenus – un héritage de l’ère coloniale, où l’essentiel de ce qu’on devait apprendre pour trouver du travail devait être appris à l’école. Mais l’éducation ne se fait pas tout entière à l’école, où l’accent doit être mis sur ce que l’école sait le mieux apporter, en l’occurrence la maîtrise des compétences de base de la lecture, de l’écriture et du calcul. Ainsi le Vietnam s’est-il concentré, avec succès, sur l’enseignement de quelques matières, et son système d’éducation fait jeu égal et même supérieur  avec les meilleurs systèmes du monde.

Quant à la démocratisation, le Covid-19 a révélé les profondes inégalités des systèmes d’éducation, mais il offre aussi l’opportunité de considérer de nouveaux moyens d’étendre l’accès à l’enseignement primaire. Les innovations dans les plateformes numériques et l’adaptation des enseignants  à la « nouvelle normalité » laissent entrevoir les bénéfices potentiels d’une extension de l’éducation au-delà des murs de l’école, mais aussi la possibilité de combler les écarts de moyens dédiés à l’enseignement. Outre un accès élargi à l’éducation de base, la démocratisation implique aussi de donner à tous les enfants une chance égale de poursuivre leur éducation et de la spécialiser. Cela requiert une bonne définition des filières d’études  et nécessite que chaque enfant puisse trouver un établissement à distance raisonnable.

Aujourd’hui, les enfants représentent presque la moitié de la population en Afrique, et leur nombre atteindra un milliard en 2055. Cette immense ressource humaine, pourrait, avec une formation adéquate, contribuer à sortir des centaines de millions d’Africains de la pauvreté  – des résultats qui profiterait non seulement au continent mais au monde entier.

La situation de l’éducation en Afrique n’est pas partout décourageante, certaines méthodes, comme l’instruction donnée dans la langue maternelle et les mesures d’incitations adaptées aux enseignants commencent à porter leurs fruits, et peuvent servir base aux constructions de l’avenir. Mais si l’amélioration des systèmes existants demeure une nécessité, les décideurs politiques doivent aussi reconnaître et changer ce qui ne fonctionne plus, même s’ils s’efforcent d’élargir l’accès à l’enseignement.
Traduit de l’anglais par François Boisivon
Connie Nshemereirwe, membre du comité d’orientation du programme Africa Science Leadership du campus Future Africa de l’université de Pretoria, est une éducatrice et conseillère indépendante en sciences et stratégies de l’action publique, chercheuse en sciences de l’éducation et ancienne coprésidente de la Gobal Young Academy.
© Project Syndicate 1995–2021
 


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Avril 2021 - 10:10 Capitalisme social














Inscription à la newsletter