lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Sénégal : FAUT-IL BRULER LA JUSTICE ?

Samedi 15 Avril 2017

Non ce n’est pas une provocation ? C’est juste pour traduire un paradoxe tout à fait sénégalais.


Nous avons choisi de faire endosser à notre justice la fluctuation de nos émotions et de nos états d’âmes. Nous ne sommes hélas pas aidés par des micros généreusement tendus qui font que n’importe quel quidam s’aventure à faire des jugements et commentaires sur le cours de la justice. Bref « à dire le droit ». C’est véritablement se substituer aux magistrats appelés à dire le droit et dont c’est le métier. Il est parfois curieux d’entendre dire « Oui le procureur a déjà condamné tel ou tel ». Dans quel pays à ton vu un procureur condamner quelqu’un. Je pense qu’il ya un vaste chantier qui se dresse devant les professionnels de la justice, auxiliaires comme juges, pour créer les conditions d’une bonne intelligence du cours de la justice des hommes. Cela participerait à dissiper le flou que certains entretiennent.  
La justice n’est au-devant de la scène que lorsque les luttes politiciennes sont portées devant elle pour les arbitrer. Il est alors curieux que les politiciens qui naguère disaient « nous avons confiance à la justice de notre pays », pour des cas ou l’opinion avait manifesté des signes de perplexité, se retournent en un quart de tour pour brocarder cette même justice. Le verdict sur le cas de Barthélémy Dias est un cas parmi d’autres. 
C’est vrai que pour le cas de Khalifa Sall, qui fait la Une de l’actualité et qui d’ailleurs fait oublier celui de Bamba Fall, l’émotion a pris le pas sur la raison et à tort. Qui plus que le juge d’instruction a une connaissance approfondie du dossier et des dispositions de la loi pénale en l’espèce. A la limite ce qu’il importerait de faire, pour les activistes des droits de l’homme, qui ne font que de l’agitation événementielle, c’est de revisiter les dispositions « obsolètes » du code de procédure pénal, afin de remédier à certains anachronismes qui y sont, et qui font que le juge n’a pas de choix autre que d’appliquer les textes en vigueur. Voilà le combat. Vitupérer les juges, ou menacer la justice n’a aucun effet sur la sérénité avec laquelle les décisions seront toujours rendues, tant que les textes resteront en l’état. 
lejecos


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >
 










Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter