lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Programme énergétique 2018-2023 du Mali: Susciter l’intérêt des opérateurs économiques à participer à sa concrétisation

Lundi 25 Mars 2019

Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Sambou Wagué, a rencontré, lundi dernier au siège du Conseil national du patronat, les chefs d’entreprises. A cette occasion, il a sollicité leur accompagnement dans la réalisation des projets structurants dans le domaine de l’Energie et de l’Eau.


Le programme énergétique 2018-2023 s’étale sur une période de 5 ans. Son coût de réalisation est estimé à 373 milliards de FCFA dont plus de 170 milliards de FCFA acquis.
Un plan d’investissement qui prévoit la réalisation de  centrales solaires et l’extension de réseaux de réseau de distribution d’eau potable et d’électricité.

Le programme est un ambitieux projet qui vise à développer les stratégies pour augmenter la déserte en eau et en électricité ainsi que la maîtrise du coût d’accès à ses services. C’est pourquoi le gouvernement entend rendre hybrides les centrales thermiques au niveau des capitales régionales et des chefs lieux de cercle et construire des centrales solaires et éoliennes.

Selon le ministre dé l’Energie et de l’Eau,  le gouvernement s’est inscrit dans une transition énergétique qui utilise l’énergie solaire et éolienne dont le pays dispose un potentiel énorme.

Lors de la rencontre, il s’agissait de proposer aux acteurs du secteur privé tout ce que le département veut développer en matière d’énergie solaire. L’exercice consiste à amener les opérateurs économiques à participer à la concrétisation du programme d’actions prioritaires des projets structurants dans le domaine de l’Energie et de l’Eau, a expliqué Sambou Wagué.

Aussi,  il a réaffirmé la baisse du coût de la production de l’énergie et de l’eau au Mali. Il s’est également réjoui de l’intérêt dont ont fait montre les  opérateurs économiques, notamment leur participation à la réalisation des ouvrages de  l’électrification.

En réponse, des opérateurs économiques ont posé beaucoup de questions pour mieux appréhender le processus. Et le président du Conseil national du patronat du Mali  (CNPM), Mamadou Sinsy Coulibaly de se prononcer. « Le plus important, c’est d’échanger avec le gouvernement sur les mesures qui doivent être prises pour sécuriser et protéger les investisseurs qui souhaitent intervenir dans le secteur, afin que le coût de l’eau et de l’électricité soit amortie au bénéfice des populations », a-t-il fait savoir.
Mahamane Maïga
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter