lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Journée de l’industrialisation de l’Afrique au Mali : Le président IBK réaffirme sa volonté de promouvoir le secteur

Mercredi 6 Décembre 2017

En procédant au lancement de la journée de l’industrialisation de l’Afrique (JIA) au Mali, lundi dernier au parc des expositions de Bamako, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a réaffirmé sa volonté de développer l’industrie au Mali. Pour lui, tout sera fait pour que ce secteur pourvoyeur d’emplois et de richesses puisse s’épanouir.


Pour ce faire,  le chef de l’Etat mise sur la disponibilité des facteurs favorisant  le développement industriel. Il s’agit entre autres de la réalisation des infrastructures (zones industrielles, l’accès à l’énergie à moindre coût, la capacité à transformer les produits locaux, la promotion du consommer malien, l’accès au financement, la volonté d’inciter le secteur privé à y investir au lieu de construire des immeubles commerciaux. 
 Aussi,  le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim,  a fait valoir la célébration de cette journée de plaidoyer  qui s’inscrit, selon lui, en droite ligne dans la vision des plus hautes autorités du pays pour le secteur industriel.
Evoquant  le thème fédérateur  retenu cette année  qui porte sur l’écosystème de l’industrie, il reconnait que l’industrie au Mali est embryonnaire. «  Ce qui nous oblige à aller plus vite et dans un environnement communautaire et concurrentiel », avertit-il.
Après avoir salué la bonne collaboration qui existe entre son Département et l’OPI, Mohamed Aly Ag Ibrahim a loué les efforts de l’organisation patronale  qui «  fait de bonnes études et des propositions intéressantes pour l’avenir des industries maliennes et le développement du pays ».
Soufflant le chaud et le froid, le président de l’OPI, Cyril Achcar,  a salué l’implication du département dans la célébration de cette 6e édition. Il a indiqué qu’ils sont une minorité d’acteurs à avoir compris l’importance du secteur, d’où son appel à la mobilisation en faveur de l’industrialisation du pays. “Le développement est impossible sans industrialisation”, a-t-il souligné avant d’inviter les uns et les autres à consommer malien. «C’est se développer et c’est patriotique», dit-il.
Le président de l’OPI souhaite que les gens investissent, non dans la construction d’immeubles mais dans des usines qui peuvent employer plusieurs personnes. Par ailleurs, le président de l’OPI déplore le fait que le PIB du pays soit, toujours en deçà des attentes, avec une moyenne de 6% contre 11% dans la sous-région
 Mahamane Maïga   


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >













Inscription à la newsletter