lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

EDM-SA : L’intersyndicale menace d’aller en grève

Vendredi 16 Mars 2018

Cette déclaration a été faite par les responsables de l’intersyndicale des travailleurs de la société Energie du Mali (EDM-Sa) lors de leur assemblée générale tenue mercredi dernier dans les locaux de la Direction générale.


On  notait la présence des retraités à cette A.G qui  avait un seul point inscrit à l’ordre du jour, à savoir : la mise en marche des actions concertées pour la survie de la société à un moment crucial de sa vie, notamment marquée par une rupture totale du dialogue social attribuée à l’Etat et l’instabilité dans la gouvernance de la société.
Faut-il le  rappeler, le jeune directeur général Dramane Coulibaly a été relevé de son poste suite à une décision du conseil d’administration de la société EDM-Sa. L’information officielle est tombée mercredi soir lors du journal télévisé de 20 heures de notre confrère ORTM. En effet, cette décision intervient à un moment où la société traverse des difficultés de gestion financière et d’approvisionnement correct  en électricité des usagers. Nombre de clients d’EDM-Sa souffrent déjà des effets liés aux délestages et aux coupures intempestives.
Au-delà de tout, les responsables de l’intersyndicale menacent de déposer, dès la semaine prochaine, un préavis de grève de 48 heures, si rien n’est fait par le gouvernement. Ils sont très remontés, tout en déplorant la rupture totale du dialogue et la violation du mémorandum du 7 avril 2017.
Lors de cette A.G, les secrétaires généraux de l’intersyndicale EDM-SA, respectivement Baba Dao et Abdoulaye Cissé ont passé en revue  la situation réelle de la société avant de prôner l’unité de tous les travailleurs pour la victoire commune.
Aux dires des responsables syndicaux, un an après le dépôt du mémorandum, aucune discussion n’a été rendue possible par l’Etat qui n’a pas trouvé mieux à faire que d’adopter la politique de déstabilisation même de la gouvernance au niveau de l’EDM.
Selon eux, la succession de cinq DG en cinq ans est la preuve de la menace sur la survie de la société. Pire, selon les responsables syndicaux, l’Etat veut violer leur droit portant sur la catégorie 7 relative à la consommation d’électricité. 
Aussi, ils font savoir que  sur la base d’un redressement fiscal consécutif au rapport du Vérificateur général, l’Etat veut procéder à la retenue sur le salaire des travailleurs sur la consommation d’électricité.
Mahamane Maïga
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter