lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Rapport EBA2019 « Améliorer le climat des affaires dans l’agriculture » : La Banque mondiale propose l’adoption d’un plan d’actions pour le Mali

Vendredi 14 Février 2020

Le bureau de la Banque mondiale au Mali a abrité, ce jeudi 13 février 2020 à Bamako, les travaux de l’atelier de restitution du rapport sur comment « Améliorer le Climat des Affaires dans l’Agriculture » en abrégé « EBA ». L'événement est conjointement organisé par la Banque mondiale et l'Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), sous la présidence du ministère de l’Agriculture.


L’objectif  est de présenter le rapport mondial EBA19 et les comparaisons entre pays et présenter les résultats du Mali. Des commentaires ont été faits par Mme Samjhana Thapa agroéconomiste principal « Enabling the Business of Agriculture (EBA) Project Agriculture and Food Global Practice » et son collègue Amadou BA, agroéconomiste principal à la Banque mondiale.  
 
Selon le document de synthèse de la Banque mondiale, la nourriture est indispensable à la vie. Dans de nombreux pays, en particulier dans les pays en voie de développement, les agriculteurs sont les principaux producteurs de denrées alimentaires. Mais, les systèmes de réglementation aident-ils les agriculteurs à acquérir tous les intrants nécessaires ainsi qu’à cultiver et à vendre leurs produits de la manière la plus efficace ?
 
C’est l’objet du rapport Améliorer le climat des affaires dans l’agriculture. Il indique dans quelle mesure les gouvernements facilitent l’exploitation d’entreprises agricoles par les agriculteurs. Cette étude publie des données sur huit indicateurs : la fourniture des semences, l’homologation des engrais, la sécurisation de l’approvisionnement en eau, l’enregistrement des machines agricoles, l’alimentation du bétail, la protection phytosanitaire, le commerce de la production alimentaire et l’accès au financement.
 
La production agricole mondiale devrait augmenter de 20% au cours de la prochaine décennie, estime le rapport EBA19. « Cette croissance devrait résulter de techniques agricoles plus efficaces. L’une  des solutions permettant aux décideurs politiques de soutenir les agriculteurs dans leurs activités commerciales consiste à promulguer une réglementation qui favorise un accès efficace aux intrants agricoles, tels que les semences, les engrais, les  aliments pour animaux, les médicaments vétérinaires et l’eau. La réglementation devrait également prévoir des dispositions régissant la mise sur le marché des produits et l’accès au crédit. Ces questions sont au cœur du rapport Améliorer le climat des affaires dans l’agriculture.
 
Présentant les résultats du Mali, Mme Samjhana Thapa  a relevé des forces et faiblesses. Certes, le pays dispose une réglementation nationale, mais des  défis restent à relever. Ce qui signifie que les décideurs politiques devraient mener des réformes au niveau de la réglementation  Ce, afin d’apporter des réponses adéquates aux  problèmes  qui demeurent à plusieurs niveaux. Ce sont, entre  autres,  l’enregistrement des machines agricoles,  la distribution  des semences et des engrais, l’accès au financement, la protection phytosanitaire.
 
En dépit de sa place de pays réformateur, le Mali n’a, par exemple, toujours pas de réglementation sur l’enregistrement des engrais, des machines ou sur la protection de la santé des végétaux, constate l’expert  Banque mondiale.
 
Pour y remédier, Amadou BA propose  l’adoption  d’un plan d’actions clair, afin que le Mali soit un des meilleurs réformateurs pour améliorer le climat des affaires dans l’agriculture. Il s’agira de faire davantage pour aider le secteur privé dans la conduite de la transformation de l’agriculture et fournir des conduites favorables pour investir et produire.

Pour sa part,  le représentant de l’AGRA-Mali, Bourama Dembélé, a salué les progrès du Mali  pour améliorer l’environnement sécuritaire, agricole et de l’agrobusiness. Aussi, il a insisté sur l’engagement de la Banque mondiale pour son rôle central dans l’accomplissement du double objectif  d’éradication de l’extrême pauvreté et de renforcement d’une prospérité partagée.

Quant au représentant du ministre de l’Agriculture, Alkaidi Amar Touré,  il pense que ce genre d’échange est essentiel pour le développement du secteur agricole. Il a ainsi salué l’initiative Améliorer le Climat des Affaires dans l’Agriculture-EBA prise par la Banque mondiale pour aider particulièrement les paysans africains à améliorer la performance agricole grâce à la collecte de données portant sur la réglementation affectant l’environnement des affaires dans l’agriculture. Pour lui, il est important de capitaliser les points de vue des autres pour améliorer les pratiques  au Mali.
 Mahamane Maïga  
 











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter