lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Présentation du bilan et perspectives pour 2021 du projet Swedd : Le Comité régional de pilotage a tenu sa 5e session ordinaire le 30 mars 2021 à Nouakchott

Mercredi 31 Mars 2021

Le Projet d’autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (Swedd) a organisé le 30 mars 2021 à Nouakchott, en Mauritanie et en mode virtuel, la cinquième session ordinaire de son Comité régional de pilotage (Crp) sous la présidence du Professeur Mariatou KONE, ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté de la Côte d’Ivoire.


Présentation du bilan et perspectives pour 2021 du projet Swedd : Le Comité régional de pilotage a tenu sa 5e session ordinaire le 30 mars 2021 à Nouakchott
L’objectif de cette session, selon un communiqué de presse, est de dresser le bilan de la mise en œuvre du projet Swedd à fin 2020, d’examiner et adopter les Plans de Travail Annuels (PTA) 2021 des pays, de procéder  officiellement au lancement de la Phase 2 et au renouvellement du bureau du Crp.

D’après le document, le projet Swedd construit sur la base d’un modèle d’appropriation par les pays, privilégie le faire-faire et le recours aux compétences nationales. En ce sens, il indique que les résultats encourageants obtenus au terme de la première phase du projet ont conduit à son extension tant géographique que temporelle.

Entre 2015 et 2020, le nombre de pays membres du projet Swedd est passé de 6 (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) à 9 avec l’adhésion du Bénin, du Cameroun et de la Guinée. Le financement additionnel de 376 millions de dollars intervenu en mai 2020 marque le début de la phase 2 du projet qui s’étend jusqu’à fin 2024, révèle le texte.

La phase 2 du projet Swedd met l’accent sur la lutte contre les vulnérabilités des femmes et des filles par le biais de trois interventions clés à savoir le renforcement des cadres juridiques qui soutiennent leurs droits à la santé et à l’éducation, l’éradication des violences basées sur le genre et des pratiques néfastes et la promotion de l’accès à la planification familiale à travers la distribution communautaire.

Ces interventions, dit le communiqué, visent à atténuer les inégalités persistantes entre les sexes, à promouvoir l’autonomisation économique des femmes et des filles, et à maintenir les filles à l’école au moins jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire, afin de leur permettre de réaliser pleinement leur potentiel et leurs aspirations.

Malgré la pandémie de la Covid-19, le Swedd 2 devrait consacrer le grand tournant du projet vers un partenariat renforcé entre les pays, l’Unfpa, la Banque mondiale, l’Ooas, l’Union africaine et l’Agence française de développement (Afd) en vue d’accroitre l’autonomisation des jeunes filles, des adolescentes et des femmes pour la capture du dividende démographique. Il s’agit également d’une opportunité pour la consolidation, l’extension et le passage à l’échelle des interventions et bonnes pratiques générées lors de la Phase 1 du Projet, confie enfin le communiqué.
Bassirou MBAYE














Inscription à la newsletter