lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Politique monétaire dans l’Uemoa : Une étude de la Bceao fait trois recommandations pour l’efficacité des mécanismes de transmission

Mercredi 1 Juin 2022

Kpégo Didier Anatole Gbenou de la Direction des études économiques et de l’intégration régionale de la Bceao a mené une étude portant « Réexamen de l’efficacité des mécanismes de transmission de la politique monétaire dans l’Uemoa ».


Dans le document, il a souligné que la forte dépendance aux prêts bancaires comme principale source de financement des économies de l'Uemoa met les établissements de crédit au cœur de la transmission de la politique monétaire. A cet égard, cette étude a réexaminé l'impact d'une modification des taux du marché monétaire et des crédits à l'économie sur la production et l'inflation.

Partant de l'hypothèse que le canal du crédit bancaire pourrait être soumis à certaines contraintes d'offre, elle a également exploré l'influence des caractéristiques des banques sur l'efficacité de la transmission de la politique monétaire. «A cet égard, deux (2) approches ont été utilisées : celle des modèles à retards échelonnés (modèles ARDL) et Bayésien Vectoriel Autorégressif augmenté de variables exogènes (BPVAR-X) sur un panel de données agrégées des huit (8) Etats membres de l'Union ainsi que l'approche par les modèles de panel dynamique à effets fixes sur des séries individuelles des banques », a expliqué Kpégo Didier Anatole Gbenou.

Selon lui, les résultats montrent (i) qu'une hausse du taux du marché monétaire aurait un effet baissier sur la croissance économique et l'inflation, (ii) qu'une augmentation des crédits à l'économie induirait un accroissement du taux de progression du PIB réel et une pression à la hausse sur le niveau général des prix.

Toutefois, l'impact des crédits à l'économie sur la croissance et l'inflation reste plus élevé que celui du taux du marché monétaire, et (iii) que l'efficacité des deux canaux se renforce avec l'approfondissement de l'inclusion financière des populations.
Au titre des données individuelles des banques, il ressort à son avis, que l'hétérogénéité des caractéristiques (la liquidité, la solvabilité, la prise de risque et le pouvoir du marché) des établissements de crédit influence la réponse des prêts bancaires aux changements de politique monétaire dans l'Uemoa.

Sur la base de ces résultats, et en matière d'opérationnalisation, l'étude suggère de veiller à une capitalisation adéquate des banques pour limiter leur vulnérabilité en cas de choc de politique monétaire restrictive. L’étude suggère d’encourager les mesures en faveur d’une concurrence intergroupe bancaire, compte tenu du fait que les banques de grande et de moyenne tailles, au regard de leur part du marché élevée, réagissent plus lentement à la transmission de la politique monétaire.

«Ces mesures consisteraient (i) à encourager l’entrée de nouvelles banques et d’institutions transfrontalières dotées de gouvernance plus solide, en lien avec la réglementation actuelle dans le secteur bancaire l’Union, ainsi (ii) qu'à promouvoir l’innovation des activités bancaires, à l'effet de réduire les taux débiteurs et de les rendre plus réactifs aux chocs monétaires », lit-on dans le document.

La dernière suggestion consiste selon l’auteur à approfondir les stratégies d'inclusion financière dans l'Union, afin que les décisions d'investissement et de consommation des entreprises non financières et des ménages soient davantage affectées par les conditions monétaires. Il s’agira l'Institut d'émission de poursuivre et accélérer les initiatives menées en faveur de la promotion de l'inclusion financière.

Adou Faye 














Inscription à la newsletter