lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Notation : L’agence WARA confirme la note de long terme A+ de Bolloré Côte d’Ivoire

Mardi 11 Janvier 2022

A l’issue de sa deuxième revue en décembre 2021, WARA a confirmé la note de long terme « A+ avec une perspective stable » qu’elle avait antérieurement décernée à Bolloré Transport & Logistics Côte d’Ivoire, ont annoncé les responsables de cette agence de notation basée à Dakar.


WARA a également confirme la note de court terme qui est « w-2 avec une perspective stables ».
Selon cette agence, la notation de Bolloré Côte d’Ivoire reflète << sa position de leader du secteur de la logistique, une équipe de direction très compétente, une situation financière très saine, sa présence dans un secteur porteur avec des perspectives de croissance à moyen terme très attrayantes.>>

En revanche, souligne encore WARA, la notation de Bolloré Côte d’Ivoire est contrainte par un marché ivoirien de la logistique très concurrentiel, tirant les marges à la baisse et donc peu incitatif à l’investissement. De l’avis des dirigeants de WARA, la clientèle est de plus en plus sensible aux arguments d’exhaustivité de la chaîne de valeur (door to door) et de qualité de service. Ce qui permet aux acteurs de grande taille de déployer une stratégie de fidélisation pour mitiger ce risque.

Selon toujours WARA, <<la notation de contrepartie à long terme en devise locale de Bolloré Transport & Logistics Côte d’Ivoire (A+) ne bénéficie d’aucun facteur de support externe, mais notre carte des scores intègre un ajustement favorable qui reflète l’appartenance de la société au groupe Bolloré.>>

La direction de WARA estime qu’une amélioration de la notation de Bolloré Côte d’Ivoire est tributaire  de la consolidation de ses parts de marchés sur les différents métiers pour encore un peu plus assoir sa position de leader du secteur, de la croissance du marché de la logistique en Côte d’Ivoire, elle-même le résultat de la poursuite du développement économique de la Côte d’Ivoire et de son intégration au marché mondial qui se traduirait par une hausse des volumes d’importation et d’exportation, du développement par la société de nouveaux services à forte valeur ajoutée répondant aux besoins des clients, de la bonne exécution de la stratégie à moyen terme qui devrait se traduire par une meilleure flexibilité, un renforcement de la compétitivité (prix et hors-prix) et une plus grande interconnexion entre les métiers et  d’une amélioration notable des niveaux de rentabilité, de liquidité et de flexibilité financière.

Par contre, l’agence de notation souligne qu’une détérioration de la notation de Bolloré Côte d’Ivoire serait la conséquence  d’une nouvelle crise politique impactant la Côte d’Ivoire, et entraînant un ralentissement de l’économie, de la perte durable et significative de parts de marché sur un ou plusieurs segments d’activité, du renforcement de la concurrence à travers l’entrée de nouveaux acteurs dans les segments ne nécessitant pas d’investissement important ou alors l’intégration verticale de certains clients  et  d’une détérioration durable et significative des niveaux de rentabilité, de liquidité ou de flexibilité financière de la société.

A titre de référence, WARA estime que la probabilité d’occurrence des scénarios favorables est égale à celle des scénarios défavorables à moyen terme, d’où la perspective stable assortie à la notation.

Omar Nourou 














Inscription à la newsletter