lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Mali : La Bad va appuyer la création d’agropoles et l’emploi féminin

Lundi 26 Avril 2021

Confronté à des défis sécuritaires et sanitaires, le Mali doit faire également face à une faiblesse des chaînes de valeur agricoles et à un faible développement de ses infrastructures de transport et d’énergie. Afin de combler ce déficit, le pays pourra compter sur le soutien de la Banque africaine de développement Bad) sur la période 2021-2025.


Selon le Document de stratégie-pays (Dsp 2021-2025)  publié le 19 avril, la Bad informe qu’elle appuiera le Mali dans la création d’agropoles ou Zones spéciales de transformation agro-alimentaire (Zsta) dans les grands bassins de production des régions de Ségou et San (zones de conflits) et Koulikoro et Sikasso (zones d’insécurité) pour mieux valoriser ses investissements passés, créer plus de valeur ajoutée et d’emplois décents et durables en faveur des femmes et des jeunes.

«Le Mali devrait ainsi connaître une hausse du nombre de Pme-Pmi créées dans les chaînes de valeur agricoles, de cinq en 2021 à vingt en 2025. La proportion d’emplois féminins (directs et indirects) créés, jusqu’ici insignifiante, devrait atteindre 35% dans ces chaînes de valeur en 2025 », souligne la Bad.

L’intervention de la Banque permettra également d’améliorer les infrastructures d’appui aux chaînes de valeur agricoles. Des investissements seront ciblés vers des infrastructures telles que l’aménagement de trois zones spéciales à Bamako, Ségou et San et la construction de 25 centres de transformation agricole dans les grands bassins de production ruraux.

Sur la période, la part du secteur agro-alimentaire dans le produit intérieur brut devrait grimper de 3,3% à 5%, le temps de passage d’un camion de marchandises à la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Mali devrait chuter de 24h à seulement 3h, le taux d’accès national à l’électricité devrait augmenter de 50% à 65% et de 21,1% à 31% en milieu rural.

« Dans cette période critique où le pays fait face à un triple défi sécuritaire, politique et sanitaire, la mise en œuvre du DSP 2021-2025 permettra d’accompagner le Mali dans ses efforts pour accélérer la relance économique post-Covid-19 et réduire la fragilité économique à travers des chaînes de valeur agricoles améliorées », a indiqué Adalbert Nshimyumuremyi, responsable pays de la Bad au Mali.

Le 31 décembre 2020, le portefeuille de la Banque africaine de développement au Mali comptait 25 opérations pour un montant total de 488,6 milliards de francs CFA (745,9 millions d’euros). La ventilation du portefeuille est la suivante : transport routier (29,66%), agriculture (28,02%), gouvernance (11,33%), énergie (10,01%), secteur privé-industrie (8,56%), eau et assainissement (8,36%), et autres secteurs comme le changement climatique et le développement social (4,06%).
Delphine Maiga
 














Inscription à la newsletter