lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Mali : Inauguration officielle de la mine d’or de Nampala

Mardi 2 Avril 2019

La mine d'or de Nampala a été officiellement inaugurée vendredi 29 mars 2019 par Mme Lelenta Awa Baba BA, ministre des Mines et du Pétrole. C’était en présence du ministre du Développement industriel et de la Promotion des Investissements, Moulaye Ahmed Boubacar , de Yaya Sangaré ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine et des responsables de la mine ainsi que des autorités locales et administratives.


Située à 335 km de Bamako et à cheval sur les communes de Finkolo, Ganadougou et N’Tjikouna, la ville de Nampala héberge désormais la toute première mine du Groupe Canadien  Robex. Après la pose de la première pierre de la mine d’or de Nampala, le 26 février 2013, la production a démarré en 2017. Selon l’étude de faisabilité, elle renferme une réserve prouvée de 350 000 onces, soit 11 tonnes d’or sur six ans, à une faible teneur de 0,80 grammes par tonne. Une moyenne de 124kg d’or sera produite chaque mois pour 2019 et la production se verra doubler dans les années à venir.

 Cette société  emploie environ 600 personnes dont 44 cadres maliens et 8 expatriés. Selon les responsables, la mine produira plus de 100 kilogrammes d’or par mois durant l'année 2019. Déjà, elle a versé  plusieurs milliards de francs CFA au Trésor public. 

« Nous avons construit une mine au Mali, avec des banques maliennes, des entreprises maliennes, des compétences et un encadrement malien. » a déclaré Nicolas Ross de Lochounoff, représentant du Président du Groupe Robex à Nampala.

Enfin, la mine de Nampala se revendique différente. Pour une toute première exploitation minière Robex entend mener son activité indistinctement de ce qui se fait actuellement, afin de s’imbriquer dans l’économie malienne, sa communauté d’accueil, en participant, au même titre que chaque malien, au développement du pays.

 Pour sa part, la ministre Mme Lelenta Awa Baba Ba s’est réjouie de l’ouverture officielle de cette mine. Une société qui va contribuer à l’augmentation de la production aurifère au Mali. Aussi, elle se place étant comme une véritable valeur ajoutée dans l’écosystème malien avec un rôle moteur dans le développement de l’économie.
Mahamane Maïga


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter