lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Mali : Des mines d’or désespérément à la recherche d’investisseurs

Lundi 2 Janvier 2023

Au Mali, plusieurs zones aurifères sont confrontées actuellement à des difficultés d’exploitation dues aux manques de financement et elles sont menacées par l’arrêt de travail si l’Etat ne s’engage pas davantage à sauver des milliers d’emplois générés dans ce domaine. Faute de financement, les mines sont en train de mourir à petit feu.


La mine d’or de Yatela a mis la clé sous les paillassons il y a quelques années. Les mines de Morila, Sadiola, Komana et Tabakoto sont au bord de la fermeture, car le cas de la mine d’or de Morila en est l’illustration parfaite. L’actionnaire principal de cette mine, FireFinch, est rentré et la mine est, depuis quelques temps, abandonnée à ses propres sorts entre les mains des travailleurs.

De source minière, les exploitants miniers ne sont pas sous contrôle au Mali. Selon notre source, les autorités sont en train de donner des permis d’exploitation par improvisation et par hasard. « Nous sommes en train de remarquer que l’exploitation minière au Mali se cache derrière d’autres réalités. Tout le monde dit que nous sommes deuxième exploitant en Afrique, mais en réalité derrière ce tableau, il n’y a pas de contrôle.

La difficulté réelle de Morila, aujourd’hui, c’est la créance, car l’actionnaire principal FireFinch, en partant, nous a laissé des créances avec plus de 44 milliards de F CFA», a expliqué un employé minier. Selon lui, la mine de Morila a commencé le processus de redimensionnement de son effectif depuis quelques années et les 2122 employés de Morila sont actuellement menacés, car la mine peut fermer du jour au lendemain si l’Etat ne prend pas ses responsabilités.

A en croire notre source, les travailleurs de la mine de Morila sont déterminés à se battre par tous les moyens pour que la mine ne se ferme pas. Selon notre source, d’autres mines au Mali sont dans les situations encore plus difficiles que Morila S.A., notamment celles de Sadiola, Komana, Tabakoto. « Tout ce qui est en train d’être dit au sujet de l’or ne marche pas. L’Etat a créé SOREM S.A. (Société de recherche et d’exploitation de ressources minérales), mais pourquoi l’Etat ne vient pas prendre Morila avec ses compétences pour en faire une première expérience. Aujourd’hui, l’Etat a la capacité de prendre 2 ou 3 mines pour commencer la mise en œuvre de SOREM S.A. dont Morila, Yatela, Komana etc… », a estimé notre interlocuteur.

Moussa Dagnoko















Inscription à la newsletter