lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Lutte contre la faim, les changements climatiques : Le Fida recommande le recours à l’agroécologie

Mercredi 8 Septembre 2021

Le Fonds international pour le développement agricole (Fida) a publié un rapport sur l’agroécologie.


 Selon le document reçu au Journal de l’économie malienne (Lejecom), l’agroécologie conjugue les savoirs traditionnels des agriculteurs avec les innovations scientifiques, et intègre le développement écologique, économique et social. Elle met l’accent sur le rôle majeur des petits producteurs dans les systèmes alimentaires et crée des circuits plus directs avec les consommateurs, le but étant de fournir des aliments issus d’une production durable, sains, nutritifs et à des prix abordables pour tous.

« Alors que nous vivons dans un monde d’abondance, une personne sur dix souffre de la faim et trois milliards de personnes n’ont pas les moyens de manger sainement », déclare Thouraya Triki, directrice de la division production durable, marchés et institutions, qui a supervisé l’établissement du rapport. « L’adoption de pratiques agroécologiques est un grand pas en avant pour corriger les dysfonctionnements de nos systèmes alimentaires. »

À partir d’un vaste échantillon de projets, le rapport d’évaluation du Fida sur l’agroécologie examine différents facteurs: appui des projets à l’utilisation efficiente des ressources; recyclage de l’eau, nutriments, biomasse et énergie; degrés de diversification et recours à l’agrobiodiversité; gestion des ressources naturelles; innovations dans la mise en relation des producteurs et des consommateurs. Le rapport montre que les pratiques agroécologiques sont applicables et efficaces dans divers typologies de paysages et contextes climatiques, et qu’elles peuvent s’adapter à différents types de sols et aux ressources naturelles en présence.

«L’agroécologie met l’accent sur l’autonomisation des agriculteurs, l’importance de leurs savoirs, de leurs innovations et de leur capacité d’adaptation, ainsi que sur la relation intrinsèque entre leurs valeurs culturelles et les aliments qu’ils produisent. Il est souligné dans la conclusion du rapport que les projets fondés sur des démarches agroécologiques profitent davantage aux populations autochtones que les autres types de projets, et que l’agroécologie peut avoir des effets positifs sur les rapports femmes-hommes et l’avancement des jeunes », note le Fida. Le Fida investit dans les populations rurales en les dotant des moyens
de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, il a octroyé 23,2 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons, dans le cadre de projets dont ont bénéficié quelque 518 millions de personnes. Le Fida est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Adou Faye














Inscription à la newsletter