lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

La cheffe de l’OMC alerte sur les effets « assez graves » de la hausse des taux sur les pays en développement

Jeudi 29 Septembre 2022

Une politique monétaire restrictive destinée à réduire les tensions inflationnistes dans les pays développés alourdit inévitablement le service de la dette et provoque des fuites de capitaux dans les économies émergentes et en développement.


La cheffe de l’OMC alerte sur les effets « assez graves » de la hausse des taux sur les pays en développement
La directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala  a estimé, ce mardi 27 septembre, que le relèvement des taux directeurs des banques centrales dans les pays développés a des effets « assez graves » sur les pays en développement, appelant les instituts d’émission à renoncer au resserrement de leur politique monétaire lorsque l’inflation est provoquée par des facteurs liés à l’offre.
« Les banques centrales n'ont pas vraiment d'autre choix qu’augmenter les taux d’intérêt pour combattre l’inflation, mais les répercussions de cette hausse sur les pays en développement sont assez graves », a-t-elle déclaré à l’ouverture du forum public annuel de l’OMC à Genève.

L’ex-ministre des Finances du Nigeria a également précisé qu’une politique monétaire restrictive destinée à réduire les tensions inflationnistes dans les pays développés alourdit inévitablement le service de la dette et provoque des sorties de capitaux dans les économies émergentes et en développement.

« Ce qui se passe dans les pays développés a une incidence sur le poids de la dette des pays émergents et en développement, sur ce qu'ils doivent payer pour assurer le service de la dette et sur la fuite des capitaux de leurs économies vers les pays riches », a-t-elle expliqué.
Appelant à ne pas répéter le manque de solidarité observé, selon elle, pendant la pandémie, entre pays riches et en développement, Mme Okonjo-Iweala a insisté sur l’importance pour les banques centrales de bien déterminer si l’inflation est provoquée par la forte demande ou si la hausse des prix est liée à des raisons structurelles du côté de l’offre.

« S’il s’agit de facteurs liés à l’offre, sur lesquels vous n’avez pas de contrôle, continuer à augmenter les taux d’intérêt est contre-productif​ », a-t-elle averti.

La patronne de l’OMC a, d’autre part, prédit une « récession mondiale » ​alors que le monde fait face à des crises multiples​.

« Nous commencions à voir des signes de relance après la pandémie. Mais le monde est désormais confronté à de nombreuses crises, de la guerre en Ukraine à l'alimentation, en passant par le climat et l'énergie », a-t-elle souligné. Et d’ajouter : « Maintenant, nous devons faire face à ce qui ressemble à une récession mondiale qui approche​. Mais en même temps, nous devons commencer à penser à la reprise. Nous devons rétablir la croissance ». 
https://www.agenceecofin.com/














Inscription à la newsletter