lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

La FAO est prête à donner suite au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires et à participer à la transformation des systèmes agroalimentaires

Mardi 14 Septembre 2021

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est entrée dans une nouvelle ère, avec une nouvelle structure et une nouvelle dynamique. À l’approche de l’échéance fixée pour la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de ses objectifs de développement durable (ODD), nous devons modifier sans attendre nos systèmes agroalimentaires, et ce de manière globale. Cette transformation exige une approche systémique et une action collective, Main dans la main avec les producteurs, les distributeurs et les consommateurs, et de concert avec les gouvernements, le secteur privé, le monde universitaire et la société civile.


Qu Dongyu , Directeur général Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
Qu Dongyu , Directeur général Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
Voilà ce qui est au programme du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui approche, et ce à quoi la FAO veut parvenir, avec tous ses partenaires, grâce à son nouveau Cadre stratégique 2022-2031. L’action de chacun d’entre nous a une incidence sur l’avenir de notre planète à travers nos systèmes agroalimentaires.
 
Le Sommet arrive à point nommé. Après avoir reculé pendant des décennies, le nombre de celles et ceux qui souffrent de la faim a augmenté ces cinq dernières années et atteint à présent pas moins de 811 millions de personnes . Dans le même temps, l’obésité et d’autres maladies non transmissibles ne cessent de progresser et constituent des problèmes mondiaux liés à une diversification insuffisante des régimes alimentaires sains et des modes de consommation. Nombre des pratiques agroalimentaires actuelles font aussi payer un lourd tribut à notre planète. Nos systèmes agroalimentaires ne fonctionnent pas bien. Que devons-nous faire pour les transformer? Quel est notre impact individuel sur ce processus?
 
En tant que principale organisation internationale œuvrant dans les domaines de l’alimentation et de l’agriculture, la FAO prône et soutient la transformation des systèmes agroalimentaires. Le «système agroalimentaire» couvre le cheminement des produits alimentaires de la préparation du sol jusqu’à l’assiette, tout au long des différentes étapes: ensemencement, culture, récolte, transformation, conditionnement, transport, distribution, commercialisation, achat, préparation, consommation et élimination. Il englobe des produits destinés à un usage autre qu’alimentaire, par exemple dans les domaines de la forêt, de l’élevage et de l’utilisation de matière première et de biomasse pour la production d’agrocarburants et de fibres, couvre l’ensemble des activités, des investissements et des choix réalisés et a une incidence sur les moyens d’existence de toutes les acteurs qui contribuent à nous procurer ces produits agroalimentaires.
 
Grâce à ses compétences spécialisées, qui vont de la politique générale à la faisabilité, en passant par l’innovation scientifique, les terres et l’eau, l’élevage et la pêche, la biodiversité et le climat, la sécurité sanitaire des aliments et le travail normatif, les données géospatiales et les technologies numériques, la FAO agit en première ligne dans la préparation de ce grand Sommet mondial et, plus important encore, elle jouera un rôle de chef de file dans la mise en œuvre des mesures prises pour y donner suite, conformément à son mandat.
 
En juillet, la FAO a organisé en son Siège, à Rome, la manifestation préalable au Sommet des Nations Unies, qui s’est formidablement bien déroulée. Avec l’Économiste en chef et la Scientifique en chef de l’Organisation, j’ai siégé au sein des organes consultatifs, des groupes scientifiques et des groupes chargés des pistes d’action du Sommet. Nous avons collaboré étroitement avec des experts du système des Nations Unies ou extérieurs à celui-ci. Présentes sur le terrain dans plus de 130 pays, nos équipes facilitent les dialogues nationaux qui alimentent la formulation des conclusions du Sommet et la définition des priorités nationales afin qu’elles soient ciblées et axées sur la recherche de solutions.
 
La transformation de nos systèmes agroalimentaires mondiaux dépend, au bout du compte, des mesures prises aux niveaux national et local. Les aspects culturels sont importants. Il suffit de s’intéresser à la cuisine pour constater à quel point les systèmes agroalimentaires varient d’un pays à l’autre et au sein d’un même pays. Environ 4,5 milliards de personnes, soit plus de la moitié d’entre nous, vivent directement de leur participation aux chaînes de production, d’approvisionnement et de valeur alimentaires. Nous consommons tous des aliments et, de ce fait, nous sommes tous susceptibles de changer la donne.
 
Que faut-il pour opérer cette transformation? À la FAO, nous avons défini quatre accélérateurs intersectoriels et transversaux: la technologie, l’innovation, les données et les «compléments» (gouvernance, capital humain et institutions). Depuis deux ans, l’Organisation prend des mesures afin de mieux se préparer à conduire le processus. Le nouveau Cadre stratégique approuvé par les Membres est axé sur l’appui à la concrétisation des ODD au moyen d’une transition vers des systèmes agroalimentaires plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables en faveur des quatre améliorations (en matière de production, de nutrition, d’environnement et de conditions de vie).
 
Nous avons réformé la structure de l’Organisation afin qu’elle soit plus modulaire et plus flexible, ce qui permet notre adaptation aux objectifs poursuivis. Le nouveau poste de Scientifique en chef et la création d’un bureau de l’innovation et d’un bureau des objectifs de développement durable sont par exemple des mesures concrètes prises pour renforcer le rôle joué par la science et l’innovation en complément des activités de l’Économiste en chef dans le domaine socioéconomique, jeter les bases de la transformation et suivre la concrétisation des ODD. L’innovation ne concerne pas uniquement les technologies. Elle intéresse aussi les stratégies et les politiques. C’est un état d’esprit.
 
Les pays, les communautés et les secteurs d’activité choisiront leur stratégie au service de la transformation. Notre objectif est pragmatique: renforcer la prise en main par les Membres et aider ces derniers à passer de la parole aux actes et à obtenir des résultats concrets sur le terrain.
 
La FAO dispose de compétences spécialisées, de réseaux et de nombreux outils à cette fin. Notre Initiative Main dans la main a permis de créer des plateformes géospatiales en accès libre qui évaluent le couvert forestier, le potentiel de séquestration du carbone et les taux d’évaporation de l’eau. Nos systèmes et réseaux d’alerte précoce permettent de signaler les sécheresses à venir ou la présence de ravageurs. Nos applications peuvent servir à évaluer la situation de l’offre et de la demande de fourrage dans les zones particulièrement exposées à la sécheresse ou aux conflits. Nos travaux d’analyse, notamment nos nouvelles activités de modélisation, ont en outre récemment permis d’évaluer l’impact et l’équilibrage des mesures et des systèmes proposés, qui ont souvent des effets sociaux, économiques et environnementaux préjudiciables, ainsi que de déterminer comment mieux tirer parti des aides budgétaires en faveur des systèmes agroalimentaires.
 
La FAO se tient prête; elle est bien placée pour assumer pleinement ses responsabilités une fois que les conclusions du Sommet auront été formulées, et à agir pour en catalyser les effets en collaborant avec toutes les parties prenantes et tous ses amis.
 
Les systèmes agroalimentaires sont complexes et divers. Nous convenons tous que leur potentiel n’est pas pleinement exploité. Nous devons élaborer des solutions qui nous permettent de réaliser les quatre améliorations attendues et de ne laisser personne de côté. La FAO a la capacité de conduire ce processus avec ses partenaires pour bâtir un monde meilleur.
 
Qu Dongyu
Directeur général
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
 














Inscription à la newsletter