lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Industrie mobile en Afrique de l’Ouest : Les recettes totales ont atteint 15,6 milliards de dollars en 2017

Vendredi 15 Mars 2019

L’industrie mobile a connu une forte croissance en 2017. Selon un rapport de Gsm Association 2018, au cours de cette année, les recettes ont connu une augmentation de 14,8% par rapport à l’année précédente.


Industrie mobile en Afrique de l’Ouest : Les recettes totales ont atteint 15,6 milliards de dollars en 2017
Gsm Association 2018 a publié une étude sur l’économie mobile de l’Afrique de l’Ouest. Elle note une forte croissance du secteur. «Les recettes totales de l’industrie mobile en Afrique de l’Ouest ont atteint 15,6 milliards de dollars en 2017, une augmentation de 14,8 % par rapport à l’année précédente », renseigne le document parcouru par le  Journal de l’économie malienne (Lejecom).
 
Ce phénomène s’explique en grande partie par l’effet de base résultant de la baisse de 11,8 % des recettes en 2016, qui a été provoquée par le faible taux de croissance économique et, dans certains cas, par la récession économique de certains grands marchés, dont le Nigéria, qui représente à lui seul près de la moitié des recettes de l’industrie mobile dans la région.
 
Le document souligne que la chute des recettes de l’industrie mobile en 2016 et la reprise économique en 2017 soulignent la forte corrélation entre croissance économique et recettes de l’industrie mobile en Afrique.
 
Les abonnements mobiles prépayés, très largement majoritaires dans la région, offrent aux utilisateurs une flexibilité qui leur permet d’adapter leur utilisation des services de communication en fonction des évolutions de leur situation financière.

Les recettes continueront à augmenter jusqu’à 2025 mais à un taux de moins de 2 % par an, les bénéfices d’une amélioration des perspectives macroéconomiques et de l’augmentation continue du nombre d’abonnés étant contrebalancés par la pression croissante exercée sur les recettes des services de téléphonie et de messagerie.
 
L’augmentation du taux d’adoption des smartphones dans la région s’accompagne d’une migration croissante des usages des abonnés vers les services de données, en particulier chez les jeunes. De plus, la plupart des nouveaux abonnés feront partie de catégories de population à faible revenu et dépenseront certainement moins que les abonnés les plus aisés.

«Les opérateurs de téléphonie mobile doivent donc explorer de nouvelles sources de revenus allant au-delà des services de communication de base afin de maintenir une croissance durable », recommande cette association.

Concernant les dépenses d’investissement, Gsm Association note qu’elles  ont atteint 2,6 milliards de dollars en 2017. «La baisse de 13,3 % par rapport à l’année précédente peut en grande partie être attribuée à deux principaux facteurs : la faible propension à investir en raison du ralentissement économique et de la chute des recettes de l’industrie mobile en 2016, et la dépréciation des monnaies locales dans plusieurs marchés clés, y compris le Nigéria, ce qui a eu un impact sur le coût des équipements et des services libellés en devises étrangères», précise-t-on.

Les dépenses d’investissement annuelles se maintiendront autour de 2,7 milliards de dollars au cours des trois années à venir, atteignant une valeur cumulée de 8 milliards de dollars d’ici 2020.
Adou FAYE
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter