lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Indice mondial de l’innovation : la Chine se hisse aux portes des 10 premières économies

Lundi 3 Octobre 2022

Alors que la Suisse, les États-Unis d’Amérique et la Suède sont en tête du classement mondial de l’innovation, la Chine se rapproche des 10 premiers pays innovants, a indiqué jeudi l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) à Genève.


La nouveauté, c’est la place qu’occupe la Chine. A la 11e place, Pékin se hisse, à chaque rapport, aux portes des 10 premières économies. Ces dernières années, la Chine a redoublé d’efforts pour se transformer en une puissance en matière de propriété intellectuelle.

La Chine, qui occupait la 34e place il y a dix ans, est maintenant sur le point d’entrer dans le top 10. C’est le résultat d’efforts incessants, a déclaré Daren Tang, directeur général de l’OMPI. Preuve ce dynamisme, les dépenses en recherches et développement de Pékin ont augmenté ces dernières années.

Dans ces conditions, « la valeur de la marque des entreprises traditionnelles et émergentes a augmenté en peu de temps », a déclaré Sacha Wunsch-Vincent, corédacteur de l’indice mondial de l’innovation à l’OMPI.
 

Un trio de tête mené par la Suisse, les Etats-Unis et la Suède


Plus globalement, c’est la Suisse, qui est première pour la douzième année consécutive dans l’indice mondial de cette institution, qui rassemble des dizaines d’indicateurs dans plus de 130 pays. Berne est en tête sur des thèmes tels que les familles de brevets, la haute technologie et la complexité de la production et des exportations.

Les États-Unis d’Amérique se hissent à la 2e place et obtiennent les meilleurs résultats au monde dans 15 des 81 indicateurs d’innovation de l’Indice mondial de l’innovation 2022. La Suède (3e) arrive en tête du classement mondial concernant les infrastructures et le degré de perfectionnement des entreprises, dans des indicateurs tels que les chercheurs, les dépenses de R-D et l’emploi à forte intensité de savoir.

Outre la confirmation de l’innovation de la Chine, d’autres économies émergentes affichent également des performances solides et constantes, notamment l’Inde et la Türkiye, qui entrent toutes deux dans la catégorie des 40 premières économies pour la première fois.
 

La Türkiye et l’Inde enrichissent aussi la cartographie mondiale de l’innovation


Face à cette percée progressive de la Chine et d’autres pays du Sud, l’OMPI s’attend à une nouvelle donne dans les cinq à dix prochaines années. « La composition des vingt pays les plus innovants devrait être plus diversifiée», a affirmé à la presse le Directeur général de l’OMPI Daren Tang, relevant que la situation devrait refléter les changements dans les demandes de brevet. D’ailleurs, deux économies de la région Asie du Sud-Est, Asie de l’Est et Océanie figurent parmi les 10 premiers innovateurs mondiaux – la République de Corée (6e) et Singapour (7e); et cinq autres figurent parmi les 25 premiers – la Chine (11e), le Japon (13e), Hong Kong (Chine) (14e), la Nouvelle-Zélande (24e) et l’Australie (25e). Singapour, la Chine et la Nouvelle-Zélande ont amélioré leur classement cette année.

« Avec la progression de leurs performances en matière d’innovation en dépit des chocs subis par les chaînes d’approvisionnement mondiales, la Türkiye et l’Inde enrichissent considérablement la cartographie mondiale de l’innovation, tandis que l’Indonésie présente un potentiel d’innovation prometteur », a déclare dans un communiqué, Soumitra Dutta, coauteur de l’Indice mondial de l’innovation et doyen de la Saïd Business School de l’Université d’Oxford.
 

L’Afrique du Sud (61e mondial et en tête de l’Afrique subsaharienne


« D’autres champions régionaux comme le Chili et le Brésil en Amérique latine, et l’Afrique du Sud et le Botswana en Afrique subsaharienne, ont amélioré leurs performances relatives en matière d’innovation », a-t-il ajouté. A ce sujet, l’OMPI note que plusieurs économies en développement dépassent les attentes en matière d’innovation eu égard à leur niveau de développement économique, y compris les nouveaux venus que sont l’Indonésie, l’Ouzbékistan et le Pakistan.

Dans la région Amérique latine et Caraïbes, le Brésil, le Pérou et la Jamaïque ont obtenu des résultats supérieurs aux attentes par rapport à ce que leur niveau de développement laissait présager. En Afrique subsaharienne, c’est l’Afrique du Sud (61e), qui occupe la première place au niveau régional, suivie du Botswana (86e) et du Kenya (88e). Seize économies de la région ont progressé dans le classement de l’Indice mondial de l’innovation. Outre Maurice et le Botswana, le Ghana (95e), le Sénégal (99e), le Zimbabwe (107e), l’Éthiopie (117e) et l’Angola (127e) enregistrent des progrès notables.
 

Des perspectives assombries par les incertitudes mondiales et de mauvais résultats de productivité


Par ailleurs, l’Indice mondial de l’innovation de cette année montre que l’innovation se situe à un tournant, au moment où nous sortons de la pandémie. Alors que les investissements dans l’innovation ont bondi en 2020 et 2021, les perspectives pour 2022 sont assombries non seulement par les incertitudes mondiales, mais également par la persistance des mauvais résultats en matière de productivité axée sur l’innovation.

Plus globalement, les entreprises qui dépensent le plus en recherches et développement ont quant à elles augmenté leurs dépenses dans ce domaine de près de 10% pour atteindre plus de 900 milliards de dollars É.-U. en 2021, plus qu’en 2019 avant la pandémie. De leur côté, les opérations de capital-risque ont explosé en 2021 (hausse de 46%), enregistrant des niveaux comparables à ceux du boom de l’Internet à la fin des années 1990.

« Une véritable révolution anime l’innovation aujourd’hui, guidée par les vagues de l’ère numérique et de la Deep Science », a conclu Bruno Lanvin, coauteur de l’Indice mondial de l’innovation.
https://news.un.org/fr
 














Inscription à la newsletter