lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Importations des pays de l’Uemoa : Progression de 11,4% des prix des principaux produits alimentaires

Mardi 4 Octobre 2022

es prix des principaux produits alimentaires importés par les pays de l’Uemoa ont progressé de 11,4% au cours du deuxième trimestre 2022, après une hausse de 10,4% un trimestre plus tôt.


Selon la Bceao, cette accélération reflète les augmentations de 19,4% des cours du blé, 15,7% des prix des huiles végétales, 8,9% des prix du riz et 1,3% des cours du sucre.

La même source signale que les cours du blé se sont inscrits en hausse, principalement en raison du conflit entre la Russie et l’Ukraine, qui contraint les exportations pour ce produit, dont l’offre mondiale est assurée à hauteur de 30,0% par ces deux pays. Les cours des huiles végétales ont été soutenus par les perspectives d’une forte demande pour les approvisionnements américains et les perturbations des expéditions en provenance de la région de la mer Noire.

Les conditions climatiques défavorables dans certaines parties du Brésil et de l’Argentine ont impacté négativement la production d’oléagineux. Ce recul de la production, associé à des coûts de fret plus élevés, a accentué la hausse des prix de ces produits. Les prix du riz sont portés par la forte demande dans l’industrie de l’alimentation animale. Ce produit est devenu un substitut au blé et au maïs devenus trop chers, en particulier en Chine, le plus grand marché mondial d’aliments pour animaux. Les prix du sucre se sont inscrits en hausse, portés par la baisse de l’offre brésilienne, une partie de la production de canne à sucre étant utilisée pour produire des biocarburants.

Sur une base annuelle, l’indice des prix3 des principaux produits alimentaires importés par les pays de l’Uemoa s’est accru de 29,2% au deuxième trimestre 2022. Cette évolution traduit essentiellement la hausse des cours du blé (+58,0%), des huiles (+26,4%), du riz (+25,3%) et du sucre (+6,9%). Exprimés en francs CFA, les prix des produits alimentaires importés par les pays de l’Uemoa ont augmenté de 49,0%, dont 78,7% pour le blé, 46,0% au titre des huiles végétales, 41,8% pour le riz et 29,1% pour le sucre.

Adou Faye














Inscription à la newsletter