lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Hydrocarbures : Pannes sèches et hausses à nos portes

Lundi 25 Avril 2022

Au regard de l’évolution de la géopolitique internationale, le Mali n’est pas à l’abri d’une panne de carburant et de renchérissements des prix à la pompe. Des réunions de haut niveau sont en cours depuis quelques jours dans notre pays.


Hydrocarbures : Pannes sèches et hausses à nos portes

Cette semaine a été celle la valse des réunions techniques sur la crise mondiale du pétrole avec comme conséquence la pénurie ou le renchérissement des prix à la pompe. Des rencontres au sommet se sont tenues successivement le mardi dernier au ministère de l’Economie et des Finances et une autre était programmée à la Primature le lendemain mercredi. Il s’agit de parer au plus pressé, selon nos sources.

L’enlisement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine est un mauvais signal pour les pays consommateurs et non producteurs de pétrole. Cette guerre a anéanti les perspectives de croissances pour 2022 et augmenter en flèche l’inflation à tous les niveaux et dans tous les pays à travers le monde. Le Mali, pays de l’hinterland, dépendant du commerce international est en train de payer un lourd tribut.

Pour le cas spécifique du pétrole, notre pays importe ses besoins à 40 % d’un trader français via la Russie. Or avec l’embargo imposé par les occidentaux et les Américains contre la Russie, le pays de Vladimir Pontine a à son tour envoyé la flèche à ces mêmes pays. Le modus operandi a été de refuser de leur vendre son pétrole ou d’imposer l’achat avec le rouble, la monnaie locale à la place du dollar. Le Mali et la plupart des pays sont en train de payer cher les conséquences de cette guerre de positionnement géostratégique entre Russes, occidentaux et Américains.

Les réunions de ces derniers jours visent à analyser les paramètres d’une pénurie et ses conséquences immédiates de fluctuation des prix à la pompe. Ce qui sera une bombe sociale prête à détonner à tout moment.

Dans un entretien dans les colonnes de Mali Tribune le 8 avril 2022, le directeur national de l’Office national du Pétrole (Onap), Modibo Diall avait écarté tout risque de pénurie avec des propos plus ou moins nuancés. « D’après les chiffres que nous avons et avec tous les mouvements en cours, il n’y a pas de risque de rupture ou de pénurie de carburant », avait-il dit. Avant d’ajouter que « le marché pétrolier est très sensible aux événements géopolitiques. Quand la crise entre la Russie et l’Ukraine a éclaté, les marchés mondiaux du pétrole ont connu une répercussion. Tout produit qui est rare devient cher. C’est la loi du marché ».

La dernière hausse du pétrole au Mali remonte au mois de mars dernier. Le prix à la pompe est passé de 663 F CFA à 762 pour l’essence et de 593 F CFA à 760 F CFA pour le gas-oil.

Notre voisin le Sénégal a donné l’alerte en début de semaine sur un manque prévisionnel de kérosène (le carburant pour les avions) à l’aéroport international Blaise Diagne. Les autorités chargées de la gestion du kérosène dans cet aéroport ont opposé des restrictions quant à l’approvisionnement des avions étrangers.

Selon des informations, le gas-oil commençait à manquer dans les stations d’essence de Dakar le mercredi dernier. D’autres sources depuis Ouagadougou font état de crise d’essence le même mercredi dans la capitale burkinabé avec des difficultés pour des automobilistes et autres propriétaires d’engins de s’en procurer.

 

Abdrahamane Dicko















Inscription à la newsletter