lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

France : L’Ocde recommande d’investir dans les compétences, le numérique

Vendredi 19 Novembre 2021

Grâce aux mesures de soutien efficaces déployées très vite par les autorités, la France a rebondi rapidement après la récession provoquée par la pandémie de Covid-19. Les plans de relance et d'investissement annoncés pour investir dans l’éducation, la formation, les transitions écologique et numérique devraient se traduire par une croissance plus forte et plus résiliente : c’est ce qui ressort d’un nouveau rapport de l’Ocde.


Selon la dernière étude économique de la France réalisée par l’Ocde, il est important de ne pas retirer prématurément les aides aux ménages et aux entreprises, mais à mesure que la reprise s’affermit, les mesures de soutien doivent être de plus en plus ciblées sur les entreprises et les secteurs les plus viables et encourager l’investissement. La formation professionnelle et l’accompagnement des transitions professionnelles devraient être renforcés pour réduire les difficultés de recrutement et remédier aux écarts entre les compétences de la population et les compétences dont ont besoin les entreprises.

« La réponse de la France à la crise provoquée par le Covid-19 a été rapide et efficace, lui permettant de sortir de la crise sanitaire avec un emploi et des revenus des ménages protégés ainsi qu’un tissu économique largement préservé », a déclaré le secrétaire général de l’Ocde, Mathias Corman en présentant l’étude aux
côtés du ministre français de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire. «Une mise en œuvre rigoureuse des plans de relance et d'investissement du gouvernement contribuera à transformer le rebond en croissance soutenue et durable, bâtissant ainsi une économie plus verte, plus numérique et plus résiliente. »

L’étude prévoit qu’après une contraction de l’activité économique de 8.0 % en 2020, le Pib rebondira fortement de 6.8 % en 2021 et 4.2 % en 2022, sur fond de reprise de la demande intérieure. Ces évolutions interviennent après une période de ralentissement de la croissance en France, aux prises avec de faibles gains de productivité et de niveaux de vie pendant la décennie qui a précédé la crise liée au Covid-19. Les travailleurs jeunes et peu qualifiés ont des difficultés d’insertion sur le marché du travail, et les inégalités de chances pèsent sur la mobilité sociale entre les générations. La pandémie a également exposé le retard pris par les
petites et moyennes entreprises dans l’adoption des technologies numériques.

Seules des réformes peuvent corriger ces faiblesses structurelles, souligne l’Étude. Les auteurs appellent à renouveler les efforts de développement des compétences pour soutenir l’emploi et les gains de productivité. Conjugués à des réformes du marché du travail, de la fiscalité et des dépenses, ces efforts pourraient générer un
supplément de niveau de vie marqué dans les années à venir, toujours selon l’Étude.

Il est particulièrement important de mettre à profit la reprise pour renforcer le cadre budgétaire et, en particulier, l’efficacité de la dépense publique, grâce à des évaluations de dépenses afin de mieux les allouer.
Adou Faye 














Inscription à la newsletter