lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Finances publiques : La balance des paiements excédentaire de 527,3 milliards de FCFA en 2018

Mardi 16 Juillet 2019

La révélation est faite par Ahmadou Al Aminou Lo, le directeur national de la Bceao, à l’occasion de la Journée nationale de diffusion des comptes extérieurs. Le prétexte a été bien choisi pour revenir sur l’état des finances publiques au cours des années 2017 et 2018.


En effet, la Bceao a relevé un excédent de la balance des paiements de  plus de 500 milliards de FCfa en 2018, après  un solde global de la balance des paiements   estimé à 50,2 milliards de FCfa en 2016,  puis 125,6 milliards de FCfa en   2017 le solde de la balance des paiements se retrouve enfin à 527,3 milliards en 2018.     

Selon le directeur national de la Bceao, Ahmadou Al Aminou Lo, les exportations du Sénégal continuent de progresser surtout avec les nouveaux minerais comme le zircon et le titane, dont le volume des exportations  est passé de 259 millions en 2013 à 82 milliards de FCfa en 2018. Concernant les Industries chimiques du Sénégal (Ics), il a souligné qu’elles continuent également d’augmenter leurs exportations. 

Quant aux  importations, il estime qu’elles demeurent une préoccupation, notamment  la facture pétrolière et les produits alimentaires. 

D’où l’importance selon lui  de cet outil d’analyse que constitue la balance des paiements pour les décideurs publics, notamment en matière de politique économique et monétaire. 

Revenant sur la Journée nationale de diffusion des comptes extérieurs, Ahmadou Al Aminou Lo rappelle qu’elle a été initiée en 2009 pour  entre autres, le renforcement du cadre de dialogue existant entre les secteurs publics et privés dans l’analyse économique et la diffusion des politiques économiques. 

Dans un contexte marqué par la libéralisation des activités économiques et financières et les innovations technologiques, M. Lo a  fait noter que l’économie sénégalaise a amorcé une nouvelle dynamique marquée par la consolidation de son cadre macroéconomique avec un taux de croissance de son Pib réel de plus de 6% depuis plusieurs années. 

Au total, la Bceao souligne qu’au titre de l’exercice 2017, le solde des transactions courantes est ressorti déficitaire à -7,1% du Pib contre un déficit de -4,1% du PIB un an plus tôt. Ce profil reflète les soldes déficitaires des échanges de biens et de services (-13,9% du PIB) et du compte de revenu primaire (-2,8% du PIB), atténués par l’excédent du compte de revenu secondaire (+9,4% du PIB), tiré principalement par les envois de fonds des travailleurs migrants (1.174,1 milliards  environ +10,0% du PIB). 

Pour sa part, l’excédent du compte de capital (+2,0% du PIB) s’est consolidé et reflète notamment  avec les subventions accordées à l’Administration publique. 

Le solde des comptes courant et de capital traduit un besoin de financement, chiffré à  663,6 milliards, couvert par des capitaux nets au titre des investissements directs étrangers, des investissements de portefeuille et des autres investissements. 

 Par ailleurs l’incidence des transactions extérieures sur les actifs extérieurs nets du système monétaire a été positive, selon l’institut d’émission. Le solde global enregistre en effet,  un excédent de 125,6 milliards  contre 50,2 milliards  un an plus tôt. 

Sur la base des données provisoires, le compte des transactions courantes ressort un déficit de -8,9% du PIB en 2018,  qu’il  faut relier avec le déficit de la balance des biens et services de -15,9% du PIB contre -13,9% du PIB en 2017. Le déficit du compte courant a été partiellement atténué par sa position excédentaire du compte de revenu secondaire avec les transferts des émigrés. 
  
La dynamique du compte des transactions courantes reflète principalement l’impact des acquisitions de biens d’équipement et de biens intermédiaires dans le cadre de la réalisation de projets d’investissement des secteurs public et privé ainsi que l’alourdissement de la facture pétrolière et alimentaire. 

Ces impacts ont pu être partiellement atténués par les exportations de biens, notamment l’or non monétaire, les nouveaux minerais, les produits phosphoriques horticoles et halieutiques. Les exportations cumulées d’or monétaire, de titane et de zircon ont augmenté de 20% et de 26% respectivement en 2017 et 2018. 

A moyen terme, la dynamique des comptes extérieurs devra refléter les effets escomptés  de l’exploitation du pétrole et du gaz. 
  
Djibril Dieng 











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter