lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Espace Umoa : Le nombre de groupes bancaires passe de 10 à 34 entre 2000 et 2021

Mercredi 7 Septembre 2022

Entre 2000 et 2021, le nombre de groupes bancaires de l’espace Umoa est passé de 10 à 34, avec une proportion des établissements affiliés qui a évolué de 40% à 75,0% au cours de la période sous revue. L’information est de la Commission bancaire de l’Umoa qui constate que la prépondérance des groupes européens connait un recul au profit de groupes panafricains.


Le nombre de groupes bancaires opérant dans l’espace Umoa passe de 10 à 34 entre 2000 et 2021. La proportion des établissements affiliés a évolué de 40% à 75,0% sur la même période, selon la Commission bancaire de l’Umoa. Qui renseigne que la prépondérance des groupes bancaires européens, qui détenaient plus de 60% des entités bancaires affiliées en 2000, s’est au fil du temps effritée au profit des groupes panafricains en provenance notamment du Maghreb, de l’UMOA et de la ZMAO, qui représentaient 86,0% de l’écosystème en 2021.

Elle souligne qu’un fort dynamisme est observé dans les activités de ces groupes, dont le bilan a représenté respectivement 69,0% de l’ensemble du système en 2000, 79,0% en 2010 et 85,8% en 2021. S’agissant des dépôts de la clientèle, la même source informe qu’ils ont atteint 33 689,4 milliards en 2021 contre 2 315 milliards en 2000, soit une variation annuelle moyenne de +8,5%. Pour leur part, les crédits octroyés par les établissements affiliés ont progressé de 13,0% en moyenne annuelle, passant de 2 085 milliards en 2000 à 23 457,9 milliards en 2021.

En termes de rentabilité, le résultat net des groupes bancaires est passé de 32 milliards en 2000 à 730,0 milliards en 2021, soit une variation moyenne annuelle de +24,8%. La part de leurs bénéfices représentait 76,7% du résultat du système bancaire en 2000 contre 91,3% en 2021. Ces performances démontrent l’attractivité de l’environnement économique et financier des pays de l’Union.

En outre, elles représentent une opportunité d’élargissement des ressources nécessaires au financement des investissements dans les Etats de l’Union, compte tenu notamment de la forte progression de la rentabilité.

Par ailleurs, la présence de ces groupes bancaires a contribué à la diversification de l’offre de services bancaires, à l’amélioration du taux de bancarisation ainsi qu’au renforcement de la concurrence dans le système bancaire.

Elle a, en outre, contribué à la création de conditions plus favorables au financement des besoins de trésorerie et d’investissement des États, des entreprises et des ménages. Toutefois, ces groupes bancaires constituent une source de vulnérabilité en raison notamment des risques systémiques qu’ils peuvent emporter pour le système bancaire dans son ensemble.

Dans ce contexte, la Commission Bancaire dit avoir renforcé ses relations avec ses homologues étrangers à travers la signature de conventions de coopération matérialisée par la participation ou l’organisation de rencontres bilatérales, de collèges de superviseurs des groupes bancaires ainsi que par l’échange de données sur les groupes bancaires transfrontaliers.

Bassirou MBAYE














Inscription à la newsletter