lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Envoi de fonds des migrants : Le recours aux canaux numériques recommandé pour réduire le coût

Mercredi 18 Novembre 2020

MicroSave Consulting en partenariat avec la Fondation Mastercard publie les résultats d’une étude sur les envois de fonds des migrants sur les corridors entre la France, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal. Elle recommande le recours au numérique.


Recourir aux canaux numériques pour réduire le coût des envoies de fonds des migrants. C’est ce que recommande MicroSave consulting, cabinet de conseil international spécialisé en inclusion financière, économique et sociale.  Selon un communiqué de presse de MicroSave consulting, les envois de fonds des migrants sont en passe de devenir la principale source de financement extérieur dans les pays d'Afrique de l'Ouest. Pourtant, la majeure partie de ce moteur économique est inexploitée.

Par ailleurs, si l'éducation financière et la fourniture de services financiers à des coûts abordables contribuent à l’inclusion financière des populations, les prestataires de services de transfert d’argent, leurs réseaux et leurs plateformes ont aussi un  rôle prépondérant à jouer, en particulier pour augmenter à l’avenir l’utilité des transferts pour les populations les plus vulnérables.

Malheureusement, souligne ce cabinet de conseil, cette principale source de financement que représentent les transferts d’argent, se voit menacée par la pandémie de Covid-19 qui a presque immobilisé l’économie mondiale. En effet, les mesures barrières prises par les différents gouvernements du monde entier en vue de lutter contre sa propagation ont bouleversé les habitudes d’envois de fonds des migrants et de leurs familles. «En 2019, les transferts de fonds dans le monde étaient estimés à 554 milliards de dollars.

Avec le coronavirus, ces transferts mondiaux devraient diminuer de 20 % en 2020 et une deuxième vague pourrait venir impacter les envois de fonds. Il est important de concevoir les services de transferts d’argent pour les besoins des expéditeurs et des receveurs. Les fournisseurs pourraient créer des services de transfert de fonds vers des comptes liés à des services à valeur ajoutée axés sur la demande, tels que le paiement de factures ou la constitution d'actifs par le biais de partenariats, en particulier dans les zones rurales qui reçoivent une grande partie des envois de fonds », lit-on dans le document.

En partenariat avec la Fondation Mastercard, le cabinet de conseil international spécialisé en inclusion financière, économique et sociale, MicroSave Consulting (Msc), a conçu et mené une étude en Côte d'Ivoire, en France, au Mali et au Sénégal. «Dans les trois pays africains, le marché des transferts internationaux a représenté 3,7 milliards de dollars en 2018 selon la Banque mondiale. L’objectif de l’étude était de mieux connaître les besoins et les contraintes des expéditeurs et de leurs familles et de proposer des recommandations pour développer des services financiers digitaux adaptés pour mieux répondre aux besoins des expéditeurs et receveurs des transferts d’argent », précise-t-on.

En fonction de la durée pendant laquelle l'expéditeur est migrant, ses aspirations financières et ses priorités pour envoyer de l'argent chez lui changent et sont influencées à la fois par les besoins propres du receveur et par ses relations avec sa famille ou sa communauté dans son pays d'origine.

«Les canaux numériques peuvent réduire le coût d'envoi de fonds, mais des efforts doivent être faits pour informer les expéditeurs de l'existence de ces canaux. Parmi les migrants interrogés en France, seuls 15,5 % ont utilisé des canaux numériques, tels que l'application mobile, l'argent mobile ou le virement bancaire », recommande l’étude.

L’étude fournit une multitude de recommandations opérationnelles et stratégiques pour mieux satisfaire les besoins des diasporas et de leurs familles et pour développer l’inclusion financière. Par exemple, recruter des migrants pour collecter des fonds, faire de la vente croisée et éduquer les autres migrants pour des couloirs de paiement spécifiques ou concevoir des stratégies régionales ou spécifiques au marché dans le contexte d'une approche globale plus large qui reconnaît les besoins, le caractère et l'évolution uniques de l'espace de paiement dans chaque marché ou segment. L’étude a noté en particulier la possibilité de cibler activement les flux de paiement liés à la santé, à l'assurance et à l'éducation.
Adou FAYE











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter