lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Education : La crise sécuritaire entraîne une baisse des dépenses publiques au nord du Mali

Jeudi 31 Mai 2018

L’information est contenue dans une étude rendue publique et portant sur l’impact de la crise sécuritaire sur le secteur de l’éducation au Nord du Mali et les facteurs pouvant entrainer une hausse du niveau de la scolarisation. Ce travail de collecte de données a été présenté ce mercredi 30 mai 2018 au siège du bureau la Banque mondiale à Bamako.


Outre les experts de la Banque mondiale ayan pris part à la préparation de cette étude, on y notait la présence des représentants de services  techniques de l’État, ceux des partenaires techniques et financiers et des ONG intervenant dans le secteur de l’éducation au Mali. 
Dans son mot de bienvenue, la directrice des opérations de la Banque mondiale, Mme Soukeyna KANE, a souligné l‘importance de cette présentation qui permettra,  selon elle, de discuter sur les données collectées. Aussi, elle a insisté sur le système de suivi permanent de la situation de crise sécuritaire et son impact sur les filets sociaux.
Dans la présentation de l’étude par André Marie TAPTUE, économiste au Département Pauvreté et Équité, assisté de  Christophe LEMIERE, coordinateur chargé de secteurs sociaux à la Banque mondiale, on apprend que  le conflit qui a éclaté au Mali en 2013  a entrainé une baisse des dépenses publiques  en éducation. Si les dépenses du personnel et de fonctionnement n’ont pas été affectées par la crise, les dépenses d’investissement ont été supprimées avant d’être reprises en 2014. De même, le nombre d’élèves et le nombre d’enseignants  ont diminué de manière drastique avec la crise.
On note  aussi que le taux d’absence du personnel reste élevé et accroit les besoins en enseignants dans les écoles. Aussi, s’y ajoutent les principaux besoins des écoles concernant le manque d’enseignants, de matériel et de salles de classes.
Autre constat, on note en 2016 une hausse de la fréquentation scolaire. Selon l’expert André Marie TAPTUE, cette hausse est attribuable à la présence des mesures de résilience comme les cantines scolaires dans ces écoles et les coupons alimentaires octroyés aux ménages.
Mahamane Maïga


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter