lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Douanes maliennes : L’impact du contexte politico-sécuritaire

Jeudi 11 Août 2022

L’administration douanière est l’un des poumons de l’économie nationale. Son apport en termes de recettes est si considérable qu’il permet au gouvernement d’assurer sa souveraineté économique dans beaucoup de secteurs de développement. Mais la crise sécuritaire, l’embargo de la CEDEAO, ont beaucoup impacté ses recettes qui enregistrent de plus en plus une baisse par rapport aux provisions.


Il est loin la période où la douane faisait des recettes de 75 milliards de FCFA voire plus. A cette époque, la sécurité sur le territoire national n’était pas autant dégradée et l’administration douanière couvrait toutes les localités. La CEDEAO n’avait pas aussi imposé à notre pays un embargo injuste.

Aujourd’hui, le contexte a changé. La sécurité s’est fortement dégradée ; la CEDEAO a imposé au Mali un embargo qui a duré au moins six mois . L’inflation mondiale a contraint l’Etat à prendre certaines décisions dont les conséquences se font ressentir sur les recettes douanières comme par exemple l’abandon de certains droits sur le pétrole afin de maintenir le prix du litre à la pompe assez supportable pour le consommateur.

Il faut dire que la dégradation de la sécurité au plan national malgré les efforts des forces de défense et de sécurité maliennes, porte un coup dur à l’administration douanière. En plus de ne plus couvrir certaines localités comme il se doit, cette administration enregistre assez souvent des pertes en vie humaine dans ses rangs. Des agents tués dans l’exercice de leurs fonctions, est une grosse perte non seulement pour la nation toute entière mais aussi pour l’administration douanière qui perd ainsi des ressources humaines de qualité difficile à combler dans l’immédiat.

Par ailleurs, le Mali a tenté de résister face à l’embargo injuste de la CEDEAO qui a imposé des restrictions dans le but de tordre la main et le cou à la transition. Ces restrictions parmi lesquelles la fermeture des frontières terrestres et maritimes et aériennes, ont eu des impacts négatifs sur l’économie nationale dont la douane est l’un des plus grands pourvoyeurs. Cela à l’heure où la pandémie de la maladie à coronavirus changeait également les donnes économiques.

Malgré tous ces facteurs, la Douane a gardé la tête haute en continuant d’apporter à l’économie nationale l’oxygène nécessaire dont elle a besoin pour survivre dans un contexte si hostile. C’est vrai que ses recettes ont diminué mais cela est compréhensible au regard des facteurs évoqués.

De là à distiller des informations tendancieuses pour des questions de leadership, il n’y a qu’un pas que certains ont déjà franchi allègrement. Des règlements de comptes à l’heure où cette administration a besoin de se serrer les coudes pour relever les nombreux défis qu’on connait ?

A l’intérieur, les agents ont une explication par rapport à cette baisse de recettes par rapport aux provisions. L’abandon par l’État des droits sur pétrole, soulage certes le consommateur malien, mais, provoque une chute de recettes pour la Douane.

Le bureau du pétrole est un grand pourvoyeur des recettes pour la Douane. Ce bureau, par le passé, pouvait faire à elle seule, plus de 15 milliards FCFA. Maintenant, avec l’abandon par l’Etat de ses droits, ce Bureau ne fait que 2 milliards FCFA.

Si dans un passé récent, une citerne était dédouanée à 8 ou 9 millions de FCFA, aujourd’hui le dédouanement de pétrole varie entre 350 000 et 600 000 francs CFA. Ce qui signifie que l’État a abandonné par citerne près de 7 millions.

Un manque à gagner terrible mais compréhensible sous l’angle de la politique sociale. Mais, en principe, si la Douane recouvrait les droits au niveau du pétrole, elle allait atteindre les 60 milliards voire plus. A l’heure actuelle, les recettes douanières sont seulement axées sur les marchandises solides.

Loin d’être une série noire due à un problème de compétence, l’honnêteté intellectuelle nous oblige à tenir compte de l’abandon par les plus hautes autorités du pays, des droits sur le pétrole, l’insécurité caractérisée par la mort de nombreux soldats de l’économie sans oublier l’embargo injuste imposé au Mali par la CEDEAO.

Malgré tout, c’est à hauteur de souhait que la Douane, sous l’égide de l’inspecteur général Amadou Konaté, arrive à réaliser 47 milliards FCFA. Compte tenu des difficultés, il n’y a pas meilleur résultat que ça. En attendant que le prix du pétrole au niveau mondial baisse, c’est le maximum que l’administration douanière peut donner. Les recettes douanières au fil du temps, pourront s’améliorer.

https://www.maliweb.net/















Inscription à la newsletter