lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Direction Générale des Impôts : Plus de 995 milliards mobilisés en 2022

Jeudi 19 Janvier 2023

C’est la part de contribution de la Direction Générale des Impôts à l’assiette, pour l’année fiscale 2022. Par ce chiffre, les impôts dépassent les objectifs qui leur avaient été assignés de 101 %. Lorsqu’on se réfère sur le montant consigné dans le budget qui était de 986 milliards F CFA.


Face à la morosité générale consécutive à l’insécurité, synonyme pour les milieux d’affaires de rétrécissement, la Direction Générale des Impôts a mis l’accent sur l’élargissement de la base. 
 

Avec des résultats cumulés de 995,745 milliards au 31 décembre, la Direction Générale des Impôts vient de boucler l’année fiscale sur des chiffres qui tranchent nettement avec la taille des écueils annoncés en début d’exercice. Aux proportions inédites en volume de recouvrements s’ajoute une réalisation annuelle qui surplombe toutes les attentes de contribution des impôts aux finances publiques, avec la Direction des Grandes Entreprises (DGE) comme locomotive irremplaçable du système. 
 

Ainsi, au niveau de la DGE, les impôts indirects ont progressé de 112 %, pour une prévision de 301 milliards F CFA, contre une réalisation de plus de 37 milliards F CFA en surplus. 
 

En effet, la DGE contribue à la cagnotte fiscale pour près de 843 milliards et réalise de ce fait un excédent de plus d’une vingtaine de milliards par rapport au cap prévisionnel glané en fin d’exercice qui est de 821 milliards environ. Une telle contribution correspond à un taux de réalisation de 103% et pulvérise du même coup le résultat de l’exercice précédent à hauteur de 120 milliards de francs CFA environ. 
 

Au niveau des industries, les droits des enregistrements et timbres ont également progressé. On appelle droits de timbres, les droits applicables à tous les papiers destinés aux actes civils, judiciaires et extrajudiciaires et aux écritures qui peuvent être produites en justice et pour faire foi. 

Le droit de timbre est une forme d’imposition qui est acquittée par un contribuable. Le paiement du droit de timbre s’effectue principalement par des vignettes, des estampilles ou autres moyens. Le droit de timbre est fixe ou proportionnel, suivant la nature de l’acte. 
 

L’enregistrement désigne une formalité accomplie par un agent à l’occasion d’un acte juridique par exemple tous les actes liés aux décès d’une personne, les actes liés à la mutation d’un bien immeuble ou d’un meuble ou encore d’une décision judiciaire. La formalité permet d’assurer la surveillance de la forme et du contenu des actes. 
 

Les enregistrement et timbres ont donc fait un bond de 103 %, pour une réalisation de 13 milliards 625 millions F CFA, contre une prévision de 13 milliards 244 millions F CFA. 
 

Malgré l’embargo de la CEDEAO, l’année 2022 s’achève sur une note jubilatoire pour le service des Impôts, grâce notamment aux performances inédites de la DGE.  
 

Mahamane Maïga 















Inscription à la newsletter