lejecom  Le journal de l’économie Malienne


UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda La FANAF organise  du 17 au 19 septembre 2018 à Abidjan un séminaire sur le thème : "Pratiques de la digitalisation dans la commercialisation des produits d'assurance vie" Cours des Devises en FCFA  du vendredi 03 août 2018 : Euro = 655,957 Dollar US = 562,750 Yen Japonais =5,040   Livre Sterling =732,500   Franc Suisse = 565,500 Dollar Canadien = 431,250  Yuan Chinois =81,500

Développement: Christine Lagarde veut que le commerce soit au service de la croissance

Jeudi 11 Octobre 2018

Pour la directrice générale du FMI il n'y a pas de dichotomie entre croissance et commerce. D'ailleurs pour Christine Lagarde on peut bien les concilier. A l'occasion du Séminaire de l’assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale à Bali, elle a réitéré ses convictions.


Mais pour y arriver il y a des préalables. En premier lieu, souligne-t-elle, il faut agir ensemble pour apaiser les différends commerciaux actuels et entamer des discussions constructives. Christine Lagarde estime qu'elle  a bon espoir d'y parvenions, car la volonté d’améliorer et de développer le commerce international est bien présente.
"Pensons par exemple aux discussions et aux propositions lancées pour renforcer l’OMC , qui arrivent à point nommé, à tous les nouveaux accords commerciaux, tels que le TPP à 11 ou la zone de libre-échange en Afrique, et à l’avancée des négociations sur l’accord entre les États‑Unis, le Mexique et le Canada. Profitons de cet élan pour dépasser les tensions et amorcer un rapprochement", dit-elle.
En deuxième lieu, poursuit-elle, il faut œuvrer main dans la main pour réparer et moderniser le système commercial mondial, et non le détruire . Il faut pour cela examiner les distorsions induites par les aides publiques, améliorer l’application des droits de propriété intellectuelle et prendre des mesures garantissant une concurrence effective, afin d’éviter les abus de position dominante sur les marchés.
"Nous devons également libérer tout le potentiel du commerce électronique et des autres services négociables. Dans tous ces domaines, nous pourrions recourir à des modes de négociation plus souples dans le cadre de l’OMC, y compris des accords dits « plurilatéraux » entre des groupes de pays membres de l’OMC qui sont prêts à avancer dans certains secteurs.", indique-t-elle.
En troisième lieu, fait remarquer la Directrice générale du FMI, il faut mettre en œuvre des politiques nationales visant à ce que le commerce mondial produise ses effets au bénéfice des citoyens — de tous les citoyens.
"Nous savons que le commerce a contribué à transformer notre monde en renforçant la productivité, en diffusant les nouvelles technologies et en rendant les produits plus abordables"fait-elle savoir.
Selon elle toujours, c’est grâce au commerce que l’Asie compte aujourd’hui la plus importante classe moyenne du monde. Et partout sur la planète, l’intégration économique a donné un coup d’accélérateur au revenu par habitant, tout en créant des millions d’emplois nouveaux et mieux payés.
"Mais nous savons aussi que certains travailleurs et certaines populations sont durement touchés par le coût humain des bouleversements dus à la technologie, au commerce, ou aux deux à la fois", informe-t-elle.
C’est pourquoi il est essentiel d’adopter des politiques nationales plus efficaces, telles que l’augmentation des investissements dans la formation et la protection sociale, afin que les travailleurs puissent développer leurs compétences, passer à des emplois mieux payés et gagner plus.
"Il est toujours possible d’en faire davantage — mais pas en agissant seuls. Le FMI vient en aide à ses pays membres en leur fournissant des analyses et des conseils sur les politiques à mener", mentionne-t-elle.
Elle note par ailleurs que ces analyses comportent notamment la dernière édition des Perspectives de l’économie mondiale et une nouvelle étude  sur le commerce international, réalisée conjointement par le FMI, l’OMC et la Banque mondiale.
"Notre appui prend également la forme d’évaluations annuelles de l’économie de chaque pays, qui s’accompagnent souvent de recommandations sur certains points des régimes commerciaux propres à chaque pays. Et bien sûr, nous faisons toujours office de point de rencontre pour le partage des bonnes pratiques et des idées innovantes", conclut-elle.
 
 
Pathe TOURE


Nouveau commentaire :









EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter