lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Dakar Bamako ferroviaire : Le syndicat des travailleurs maliens maintient son mot d'ordre de grève de la faim

Jeudi 21 Février 2019

En dépit des négociations, en cours, avec le Médiateur de la République du Mali, le syndicat des travailleurs malien du rail maintient son mot d'ordre de grève. Les responsables syndicaux réclament à l’État malien dix mois d'arriérés de salaire.


Après plus de deux mois, sept cheminots grévistes ont perdu la vie. Le dernier décès est survenu, mardi 12 février, à Kita dans la région de Kayes. Toutefois, le syndicat des travailleurs du rail maintient son mot d'ordre, en dépit des négociations, en cours, avec le Médiateur de la République. Ce, malgré la nouvelle promesse du gouvernement de payer 3 mois de salaires.
 
Au total ils sont 496 agents à réclamer, aujourd'hui,  dix  mois d'arriérés de salaire.  « C'est difficile pour nous de parler, aujourd'hui. On manque de soins, et la faute revient à l’État malien. Personne ne parle, c'est comme si ce sont des chiens qui meurent. Et nous sommes contre cela », s’indigne Mahamane Tienta, Secrétaire général du Syndicat des travailleurs du rail.
 
Malgré ces pertes en vies humaines, les travailleurs du rail sont catégorique : « le paiement des arriérés de salaire ou la mort ». « Il y a des malades parmi nous, nos enfants sont malades. Même la femme d'un de nos responsables a accouché, ici, par césarienne, mais, faute de moyens l'enfant est décédé. On ne sait pas quoi faire, mais même si nous allons mourir ici, on va rester », persiste le Secrétaire général  du Syndicat des travailleurs du rail.
 
 A Kita où le point focal a rendu l'âme, les grévistes se disent déterminés. Ils interpellent l'Etat à honorer ses engagements. « Je peux dire que c'est par manque de moyens qu'il a succombé. Ce n'est pas surprenant parce que tout le monde sait que les cheminots sont présentement dans de sérieuses difficultés. C'est vraiment de la galère, on prie l’État de faire face à cette situation, et de nous appuyer. Il y a des engagements à respecter et à honorer », déclare pour sa part Drissa Berthé chef de gare de Kita.
 
Par ailleurs, le responsable administratif et financier de Dakar-Bamako ferroviaire explique que des dispositions sont en cours pour payer une tranche de trois mois.
 
Mahamane Maïga
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter