lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Création d’emplois : La Secrétaire exécutive de la CEA Vera Songwe mise sur l’innovation

Vendredi 8 Mars 2019

L’Afrique doit innover pour créer suffisamment d’emplois décents pour sa population jeune et croissante, déclare ce mardi, la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe.


S’exprimant à Addis-Abeba, lors d’une table ronde conjointe CEA-Banque mondiale sur les emplois et la transformation économique, Mme Songwe dit qu’avec la croissance démographique de l’Afrique, estimée à 1,7 milliard d’habitants d’ici 2030, un taux de croissance de plus de 8% par an est nécessaire pour créer au moins 120 millions d’emplois pour les jeunes entrant sur le marché du travail d’ici à 2030.

«La question de l’emploi et de la transformation économique préoccupe presque tous les dirigeants africains», dit-elle, ajoutant qu’une action immédiate sur tous les fronts est impérative pour relever le défi de l’emploi sur le continent de manière structurelle.
L’innovation, indique-t-elle, est un facteur majeur de croissance et de développement économiques, étape, essentielle pour que le continent crée suffisamment d’emplois, en particulier pour les jeunes.

«La numérisation joue plus que jamais un rôle important dans la transformation économique de l’Afrique et peut ouvrir des perspectives sur les marchés du travail, en allant au-delà des marchés grâce à la libre circulation des personnes», informe-t-elle, ajoutant que la numérisation transforme le mode de fonctionnement des entreprises, le déplacement des individus du secteur informel vers le secteur formel.
 
Vera Songwe évoque également la nécessité pour les économies africaines de stimuler une industrialisation adéquate grâce à un commerce intra-africain accru.
Pour sa part, Akihiko Nishio, Vice-Président du Financement du développement à la Banque mondiale, indique qu’il est opportun qu’ils discutent des emplois et de la transformation économique en Éthiopie.

Ayant visité le Parc industriel éthiopien Bole-Lemi la veille, informe-t-il, «c’était impressionnant de voir comment l’expérience éthiopienne montre que des initiatives ambitieuses, tournées vers l’avenir et bien exécutées peuvent avoir un impact considérable à l’appui à la transformation et à la création d’emplois».

«Pour la plupart des pays en développement et des institutions de développement comme le nôtre, la nécessité de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité reste une priorité absolue pour le développement. Les emplois sont une source de revenus, un moyen d’augmenter la productivité et de répondre aux aspirations de centaines de millions de personnes», Nishio.

Les défis sont de taille, précise-t-il, ajoutant que l’Afrique a besoin de créer au moins 15 millions d’emplois chaque année pour suivre le rythme de sa démographie.
«Manquer à créer de bons emplois pour la population croissante de jeunes risque non seulement de gâcher le dividende démographique, mais aussi d’accroître les risques sociaux, contribuant à la fragilité et poussant les jeunes à migrer à l’étranger à la recherche de meilleures opportunités», révèle Nishio.
Il ajoute que pour relever le défi de l’emploi, il faut une transformation économique.
 
 
Pathé TOURE














Inscription à la newsletter