lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Covid19 : le variant Omicron présente un « risque mondial très élevé » (OMS)

Lundi 29 Novembre 2021

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a jugé le risque mondial lié au variant préoccupant Omicron comme « très élevé », redoutant des « conséquences graves » dans certaines régions du monde.


« Omicron est un variant hautement divergent présentant un nombre élevé de mutations, dont certaines sont préoccupantes et peuvent être associées à un potentiel d’échappement immunitaire et à une transmissibilité plus élevée », a indiqué l’agence sanitaire mondiale de l’ONU dans un avis technique adressé hier, dimanche, à ses 194 États membres. 

Même si « des incertitudes considérables subsistent » sur sa transmissibilité, les données préliminaires suggèrent qu’il pourrait y avoir « un risque accru de réinfection avec ce variant, par rapport aux autres variants préoccupants (VOC) ».

« Incertitudes » sur le degré de transmissibilité d’Omicron

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre le potentiel et la gravité d’Omicron à échapper à la protection contre l’immunité induite par les vaccins et les infections antérieures. 

Compte tenu des mutations susceptibles de conférer un potentiel d’échappement immunitaire et éventuellement un avantage en termes de transmissibilité, l’OMS   estime que la probabilité d’une nouvelle propagation du variant Omicron au niveau mondial est élevée.

Dans le même temps, il y a plusieurs « incertitudes » sur la portée de ce nouveau variant, notamment son degré de transmissibilité et si toute augmentation est liée à un échappement immunitaire, à une transmissibilité accrue intrinsèque, ou aux deux. 

L’OMS s’interroge également sur l’efficacité de la protection vaccinale contre l’infection, la transmission, la maladie clinique de différents degrés de gravité et le décès.

Plus largement, l’OMS et le monde scientifique veulent savoir si le variant présente « un profil de gravité différent». 

Les tests PCR toujours efficaces face au nouveau variant Omicron 

L’agence sanitaire met en garde sur les éventuelles poussées de Covid-19 dans le monde, qui pourraient avoir de graves conséquences, selon un certain nombre de facteurs, notamment le lieu où ces développements pourraient avoir lieu. 

« Des cas et des infections du nouveau coronavirus sont attendus chez les personnes vaccinées, bien que dans une proportion faible et prévisible », a fait valoir l’OMS.

L’une des lueurs d’espoir est le fait que les tests PCR sont toujours efficaces face au nouveau variant Omicron. Des études sont en cours pour mesurer l’efficacité des autres outils de diagnostic, a ajouté l’agence onusienne.

Face à de telles incertitudes, l’OMS a rappelé certaines actions prioritaires que doivent mener les États membres. 

Outre les mesures barrières qui ont déjà fait leurs preuves, il s’agit aussi de renforcer les efforts de surveillance et de séquençage pour mieux comprendre les variants circulants du SRAS-CoV-2, y compris Omicron.

Aucun décès lié au variant Omicron n’a été signalé pour l’instant

« Lorsque les capacités existent, il faudrait effectuer des enquêtes sur le terrain et des évaluations en laboratoire pour mieux comprendre les caractéristiques d’Omicron », a fait valoir l’OMS. 

Cela devrait inclure des tests communautaires pour détecter si Omicron circule dans la communauté. Il s’agit aussi de s’assurer que des systèmes d’alerte précoce sont en place pour permettre « un ajustement efficace des mesures sociales et de santé publique ».

Dans cet avis technique adressé à ses 194 États membres et en prévision de l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 ainsi que de la pression associée sur le système de santé, l’OMS exhorte à accélérer la vaccination des groupes hautement prioritaires.

Il s’agit aussi de « veiller à ce que des plans d’atténuation soient en place » pour maintenir les services de santé essentiels.

À noter qu’à l’heure actuelle, une transmission locale a été signalée en Afrique du Sud et il existe des preuves de propagation dans plusieurs pays de quatre régions de l’OMS (Afrique, Méditerranée orientale, Europe et Pacifique occidental). 

« L’impact sur les populations vulnérables serait important, en particulier dans les pays où la couverture vaccinale est faible », a conclu l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, rappelant qu’à ce jour, « aucun décès lié au variant Omicron n’a été signalé » dans le monde.

https://news.un.org/















Inscription à la newsletter