lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Climat : la promesse de limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius « sous assistance respiratoire », prévient Guterres

Jeudi 22 Septembre 2022

Lors d'une réunion à huis clos avec des chefs d'État et de gouvernement, mercredi au siège des Nations Unies à New York, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a appelé à plus d'action et de leadership pour lutter contre la crise climatique, avertissant que les efforts visant à maintenir la hausse des températures mondiales à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels étaient « sous assistance respiratoire ».


S'adressant aux journalistes après la réunion, le chef de l'ONU a déclaré qu'il avait parlé aux dirigeants de l'urgence climatique et de la « triple crise mondiale » alimentaire, énergétique et financière.

M. Guterres a déclaré aux dirigeants réunis que la dévastation dont il a été témoin ce mois-ci au Pakistan, où les inondations ont couvert environ un tiers du pays à leur pic, s'est produite avec un réchauffement climatique de 1,2 degré Celsius, alors que le monde est actuellement sur la voie d’une augmentation globale de plus de trois degrés.

La réunion a été annoncée à l'avance comme un « échange de vues franc et informel » entre les dirigeants, coprésidé par M. Guterres et le Président égyptien Abdel Fattah Al Sisi, et une occasion d'aborder des questions clés avant la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, la COP27, qui doit se tenir dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh en novembre.
 

« Les énergies fossiles nous tuent »


Depuis la conférence de l'année dernière à Glasgow, en Écosse, les impacts climatiques se sont aggravés et les émissions de carbone ont atteint des niveaux records, frappant le plus durement les communautés vulnérables.

Quatre questions brûlantes ont été abordées au cours des pourparlers informels : l'atténuation des émissions, le financement climatique, l'adaptation et les pertes et dommages.

Concernant l'atténuation, M. Guterres a déclaré aux dirigeants que même si les émissions doivent être réduites de près de moitié avant 2030, elles sont en passe d'augmenter de 14%. Il a appelé les représentants des principales économies mondiales - les pays du G20 - à éliminer progressivement le charbon, à accroître les investissements dans les énergies renouvelables et à mettre fin à leur « dépendance aux combustibles fossiles ».
« L'industrie des combustibles fossiles nous tue », a-t-il dit, « et les dirigeants sont en décalage avec leur peuple, qui réclame une action climatique urgente ».

Dans le cadre de l'Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique, les pays en développement se sont vu promettre 100 milliards de dollars par an pour financer des initiatives les aidant à faire face aux effets du réchauffement climatique.
À ce jour, cet objectif n'a pas été atteint. Le chef de l'ONU a déclaré que les engagements financiers envers le monde en développement doivent être honorés immédiatement et intégralement.

« J'ai souligné la nécessité de doubler le soutien à l'adaptation à 40 milliards de dollars par an d'ici 2025 », a poursuivi M. Guterres. « La destruction climatique est en train de se produire. Les gens souffrent maintenant ».

Dans la perspective de la COP27, le Secrétaire général a exprimé l'espoir que l'événement fera avancer ces discussions, en tant que question de justice climatique, de solidarité internationale et de confiance.
 

Coopérer pour faire baisser les prix


Un sommet des chefs d'État et de gouvernement du G20 se tiendra à Bali en novembre, lors des derniers jours de la COP27, et M. Guterres a exhorté les dirigeants à prendre des décisions importantes pour faire face à la « triple crise » alimentaire, énergétique et financière.

Il a exhorté la coopération et la solidarité internationales à faire baisser les prix qui ont grimpé en flèche depuis la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine, à accroître le soutien aux pays en développement et à prévenir une crise plus grave l'année prochaine.
Les institutions financières internationales doivent également intensifier et offrir un allégement de la dette aux pays en développement, a déclaré M. Guterres, et de nouveaux mécanismes pour acheminer des ressources vers les pays qui en ont besoin doivent être renforcés et élargis. 
https://news.un.org/fr
 














Inscription à la newsletter