lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » APPEL A CANDIDATURE Concours FANAF 2020 de meilleures startups dans le domaine des assurances La BCEAO organise, du 18 au 23 novembre 2019, la deuxième édition de la Semaine de l'inclusion financière dans l'UEMOA, autour du thème "La digitalisation au service de l'inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav

Avancée économique : Le Togo progresse de 0,5 point en 2018

Vendredi 10 Janvier 2020

Le taux de croissance du PIB réel du Togo se chiffrerait à 4,9%, en accroissement de 0,5 point de pourcentage par rapport à 2017. Ceci ressort de la Balance des paiements et de la Position Extérieure Globale du pays pour le compte de l’année 2018.


Dans ce contexte, lit-on dans le rapport présentant la performance économique du Togo, la balance des paiements a enregistré en 2018, un excédent de 17.007 millions, contre un excédent de 10.112 millions en 2017. Cette évolution, selon le document, résulte principalement d'une hausse de 34.302 millions du solde du compte de capital, une amélioration de 18.418 millions des flux au titre du compte financier, dont les effets ont été atténués par la hausse de 46.559 millions du déficit courant. Le déficit courant, hors dons publics, rapporté au PIB s'est établi à 4,6% en 2018, contre 4,2% en 2017, informent les autorités togolaises.
 
« Le déficit du solde des transactions courantes s'est dégradé de 46.559 millions, en passant de 56.117 millions en 2017 à 102.675 millions en 2018, du fait de l'accroissement de 16,3% du déficit de la balance commerciale », confie le rapport. Qui ajoute que le compte de capital a dégagé un solde excédentaire de 175.733 millions, contre 141.431 millions l'année précédente, en hausse de 24,3%, en liaison avec l'accroissement des dons-projets reçus par l'Administration publique au cours de l'année sous revue.
 
Ainsi,  les échanges avec l'extérieur se sont soldés en 2018 par un excédent de financement de 73.058 millions. Le compte financier a enregistré en 2018 des sorties nettes de capitaux à hauteur de 59.031 millions, contre des sorties nettes de 77.449 millions en 2017, en ligne avec les investissements directs et de portefeuille.
 
D’après le document, les transactions extérieures se sont soldées, en 2018, par une hausse des créances nettes des institutions de dépôt sur les non-résidents de 17.007 millions, en relation avec l'augmentation de 30.703 millions des créances nettes des autres institutions de dépôt sur les non-résidents, atténuée par le repli de 13.696 millions de celles de la Banque Centrale.
 
« S'agissant de la position extérieure globale nette, elle a enregistré un accroissement de 117.162 millions avec un solde net de -629.502 millions au titre de l'année 2018, contre -746.664 millions un an plus tôt, suite à une augmentation des avoirs plus prononcée que celle des engagements », conclut-on.
Bassirou MBAYE
 
 
La rédaction


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter