lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Améliorer la condition des femmes avec de meilleurs infrastructures, services publics, et protection sociale (ONU Femmes)

Mardi 12 Mars 2019

Les femmes et les filles sont souvent les personnes les plus touchées par l’absence et le manque d’infrastructures, de services publics et de dispositifs de protection sociale, a rappelé la cheffe d’ONU Femmes à l’ouverture de la 63e Commission de la condition de la femme (CSW).


PAM/Badre Bahaji Au Malawi, une femme et son nourrisson traverse un pont pour se rendre au centre de santé Lugola à Chikulo. le pont a été construit grâce à un financement du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM)
PAM/Badre Bahaji Au Malawi, une femme et son nourrisson traverse un pont pour se rendre au centre de santé Lugola à Chikulo. le pont a été construit grâce à un financement du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM)
Au cours des deux dernières décennies, de nombreux pays du monde en développement ont investi dans les infrastructures et l'accès aux services publics et ont élargi la portée et la couverture de la protection sociale de leur population. Mais « dans l'ensemble, les progrès sont inégaux, lents, insuffisants et susceptibles de régresser », a déclarée Phumzile Mlambo-Ngcuka, la Directrice exécutive d’ONU Femmes.

131 millions de filles dans le monde ne sont pas scolarisées et les dernières données indiquent une augmentation de 6 % du nombre de filles non scolarisées dans le primaire. En moyenne, les femmes ne jouissent encore que des trois quarts des droits juridiques reconnus aux hommes et plus d'un milliard d'entre elles ne disposent d’aucun recours face à la violence ou sont limitées dans leur éducation ou leur emploi - ce que l'on appelle désormais la ‘violence économique’.

Chaque jour, environ 830 femmes meurent de causes évitables liées à la grossesse et à l'accouchement. 99 % d'entre eux sont des femmes dans les pays en développement. Leur décès est inextricablement lié à la pauvreté et au manque de services et d'infrastructures. Et la fracture numérique entre les sexes persiste alors même que les femmes ont de plus en plus de possibilités de posséder des atouts numériques.

« Il faudra un leadership décisif pour assurer un avenir positif aux femmes et aux filles, en particulier lorsque nous leur donnons également accès à leur santé et à leurs droits en matière de sexualité et de procréation », a dit Mme Mlambo-Ngcuka.

Pour la Directrice exécutive d’ONU Femmes, les femmes et les filles ont un rôle vital à jouer dans l'élaboration des politiques, des services et des infrastructures qui ont un impact sur leur vie. Leurs voix doivent être prises en compte de manière significative, tout comme celles des personnes vivant avec un handicap, estime-t-elle.
Mme Mlambo-Ngcuka a appelé a ce que les investissements dans les infrastructures à grande échelle soient transparents et tiennent compte de l'environnement et des droits des personnes. « Aucun défenseur des droits humains - ni personne - ne devrait avoir à mourir en protégeant des terres contre un développement qui compromet d'autres besoins importants des communautés ».

La cheffe d’ONU Femmes a également appelé à rendre les villes sûres en faisant de la protection des personnes dans les espaces publics une priorité. « Par exemple, en tenant compte de l'emplacement des gares routières et de l'éclairage des espaces publics où les femmes courent le risque d'être agressées, voire violées ».

Par ailleurs, les investissements dans les services publics peuvent être un moteur positif de la création d'emplois pour les femmes, a dit Mme Mlambo-Ngcuka. Des investissements bien conçus dans les services d'éducation et de garde de la petite enfance peuvent avoir des retombées économiques et sociales importantes. Ils peuvent créer des emplois décents dans le secteur des soins rémunérés et améliorer les capacités des enfants.

Soulignant que l'innovation sous toutes ses formes est un élément clé du développement, la Directrice exécutive a demandé aux Etats à garantir que les nouvelles technologies notamment celles liées aux produits mobiles et a l’intelligence artificielle, visent intentionnellement l’amélioration de la vie des personnes laissées pour compte, en particulier chez les jeunes dont l’avis doit être pris en compte.

« Les politiques fondées sur des données sexospécifiques recycleront l'inégalité entre les sexes. Mais une bonne politique peut être un égalisateur et changer radicalement le monde pour les pauvres, les jeunes et les personnes âgées », a souligné la cheffe d’ONU Femmes.
Un.org














Inscription à la newsletter