lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Abonnés mobiles : Le taux de croissance annuel moyen estimé à 9,5 % entre 2010 et 2017 dans la Zone cedeao

Vendredi 15 Mars 2019

Le taux d’adoption de la téléphonie mobile augmente rapidement, en partie grâce aux changements démographiques. Selon Gsm Association entre 2010 et 2017, le taux de croissance est de 9,5%.


Dans un rapport portant sur l’économie mobile de l’Afrique de l’Ouest 2018, Gsm Association a salué les performances du secteur ces dernières années. «Fin 2017, l’Afrique de l’Ouest, définie comme la région regroupant les 15 États membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), comptait 176 millions d’abonnés uniques. Au cours de ces dernières années, le taux d’adoption mobile en Afrique de l’Ouest a rapidement augmenté, notamment grâce à l’extension de la couverture des réseaux mobiles à des localités jusqu’alors mal desservies et à des services et des terminaux mobiles de plus en plus abordables », lit-on dans le rapport parcouru  par le Journal de l’économie malienne (Lejecom).

«Le nombre d’abonnés mobiles de la région a doublé entre 2010 et 2017, avec un taux de croissance annuel moyen (Tcam) de 9,5 % au cours de cette période. Bien que la croissance annuelle du nombre d’abonnés aitralenti (6 % en 2017), la région reste l’un des marchés de téléphonie mobile qui connaît la croissance la plus rapide au monde avec un Tcam de 4,4 % jusqu’en 2025. Les marchés nationaux de la téléphonie mobile en Afrique de l’Ouest sont très divers, notamment en termes de taille et de taux de pénétration des abonnés », renseigne la même source.

Selon le document, le Nigéria est le plus grand marché de la région et représentait plus de la moitié de la totalité des abonnés de la région en 2017. Les cinq marchés suivants (le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali et le Sénégal) représentaient un tiers des abonnés, les neuf pays restants se partageant moins d’un cinquième des abonnés.

«Le taux de pénétration global des abonnés a atteint 47 % en 2017, 28 % de plus qu’au début de la décennie. Le taux de pénétration des abonnés dans la plupart des pays de la région se maintient dans la moyenne, à l’exception du Niger (31 %) et du Cap-Vert (67 %) », précise-t-on.

Le document renseigne que la Cedeao présente le taux de pénétration d’abonnés le plus élevé de toutes les Communautés économiques régionales (Cer) d’Afrique subsaharienne : fin 2017, l’Eac, la Ceeac et la Sadc présentaient des taux de pénétration de 42 %, 40 % et 44 % respectivement, tandis que le taux de pénétration moyen de la région s’élevait à 44 %.

En Afrique subsaharienne, plus de 40 % de la population de nombreux pays à moins de 16 ans. De plus, le taux d’adoption de la téléphonie mobile dans ce groupe démographique (moins de 20 %) est relativement bas en comparaison avec le taux de pénétration des abonnés adultes (70 %). Par conséquent, la croissance du nombre d’abonnés connaîtra un bond démographique important avec les nombreux jeunes adultes qui souscriront un abonnement mobile pour la première fois dans les années à venir. D’ici 2025, l’Afrique de l’Ouest comptera environ 72 millions de nouveaux abonnés mobiles, et le taux de pénétration s’élèvera à 54 %. Le Nigéria comptera la moitié du total des nouveaux abonnés, et le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Burkina Faso complèteront le top cinq des marchés présentant le plus grand nombre de nouveaux abonnés mobiles.
Adou FAYE
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter