lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Zone Cima : « 80% des états financiers produits contiennent des anomalies significatives en dépit des certifications des commissaires aux comptes »

Vendredi 21 Février 2020

Dans la zone Cima, il est constaté une insuffisance de la qualité de la donnée. C’est de l’avis de Alain F. Ouattara, chef de brigade à la CIMA au Gabon qui faisait une présentation sur la problématique de la donnée dans le secteur des assurances en zone Cima (Conférence interafricaine des marchés d'assurance)


Cette insuffisance, à en croire le chef de brigade à la Conférence interafricaine des marchés d'assurance (CIMA), a une incidence sur la qualité des prestations dont une partie importante des sinistrés ne sont pas payés parce que les données ne sont pas de qualité : « on n’arrive pas à retrouver les victimes ».

Pour M. Ouattara, il est important que sur les prochaines années qu’il y ait des chantiers qui puissent permettre d’adresser la problématique de la qualité des données afin d’améliorer les prestations que les assureurs rendent aux bénéficiaires de contrat.

« Au niveau du contrôle on constate que lorsqu’on analyse la liquidation des sinistres en automobile d’une entreprise à l’autre, 20 à 80% sont repris en borne de liquidation notamment pour absence d’informations sur les victimes », indique le chef de brigade. Qui fait savoir dans la foulée que cela « a une incidence sur la réputation globale des assureurs puisque le mot commun est que ces derniers ne payent pas les sinistres ». La cause pour lui est que les assureurs n’ont pas souvent les informations concernant les victimes.

Un autre constat, dit-il est le problème lié à la localisation des assurés. En effet, il donne l’argument de la difficulté que rencontrent les assureurs pour retracer les déplacements de leurs clients pour savoir leur adresse correcte. Aussi, souligne-t-il, 80% des états financiers produits contiennent des anomalies significatives en dépit des certifications des commissaires aux comptes (Cac).

Par ailleurs, il remarque que les états statistiques qui sont produits ne sont pas fiables. Motif ? Il défend qu’« ils ne sont pas produits dans un objectif d’aider à la prise de décision mais dans un souci de contrôle alors qu’ils devraient servir à piloter l’entreprise ».

Bassirou MBAYE


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter