lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

ZLECA : La CEA aide les États membres à élaborer des stratégies de mise en œuvre

Jeudi 22 Novembre 2018

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) collabore avec les États membres africains pour faire de la Zone de libre-échange continentale africaine une réalité, déclare la Secrétaire exécutive adjointe, Giovanie Biha.


Giovanie Biha , Secrétaire exécutive adjointe de la Commission économique pour l’Afrique (CEA)
Giovanie Biha , Secrétaire exécutive adjointe de la Commission économique pour l’Afrique (CEA)
Prenant la parole lors de la 22ème réunion du Comité intergouvernemental d’experts (CIE) à Kigali, au Rwanda, Giovanie Biha dit que la CEA aide tous les pays africains à élaborer des stratégies nationales de mise en œuvre de la ZLECA.
«Et nous allons organiser des dialogues nationaux afin que les gouvernements, la société civile et le secteur privé puissent se réunir pour discuter de la voie à suivre», indique-t-elle, ajoutant que la mise en place d’un consensus derrière la ZLECA est le seul moyen de parvenir à sa mise en œuvre.

Elle informe que les stratégies nationales viendront en complément de la politique commerciale plus générale de chaque pays et identifieront les principales opportunités commerciales, les contraintes actuelles et les mesures requises pour tirer pleinement parti de la ZLECA. Les stratégies nationales fourniront également des orientations sur la voie à suivre pour mettre en place des comités nationaux de mise en œuvre de la ZLECA.

Le renforcement des capacités en matière d’intégration de la dimension genre pour un plaidoyer en faveur d’une mise en œuvre de la ZLECA tenant compte de la dimension de genre est également crucial, déclare la Secrétaire exécutive adjointe.
«La ZLECA est une étape décisive en ce qui concerne la politique commerciale de l’Afrique. Nous pensons qu’une intégration réussie du genre dans le projet national relatif à la ZLECA créera un impact concret et durable sur le terrain dans les pays pilotes, tout en encourageant et montrant la voie à suivre aux autres signataires africains», dit Biha.

Elle dit qu’avec la ZLECA, l’Afrique est prête pour de nouveaux horizons.
«Pour atteindre cet horizon souhaité, des efforts supplémentaires sont nécessaires à savoir, ratifier l’accord, le mettre en œuvre et mettre en place les réformes nécessaires pour permettre la transformation économique que nous recherchons », indique-t-elle.
Elle ajoute que le succès de la ZLECA dépend de la mesure dans laquelle ladite Zone est favorable aux groupes les plus marginalisés. «La ZLECA est un projet extrêmement ambitieux. Pour qu’il réponde réellement à ces attentes transformatrices, il sera nécessaire de veiller à ce que les avantages soient réellement partagés. Cela comprend une attention particulière à l’égalité des sexes, parmi d’autres questions telles que l’inclusion, dans le processus de la ZLECA», fait savoir Biha.

Elle fait également allusion à l’importance des statistiques pour le suivi de la ZLECA ; les femmes et le commerce numérique et les questions connexes.

Au moins 49 pays africains ont signé la ZLECA et 12 l’ont ratifié depuis le mois de mars où il a été dévoilé à Kigali, au Rwanda. Vingt-deux ratifications au total sont nécessaires pour permettre l’entrée en vigueur de l’accord.

ICE2018 se déroule sous le thème, «Mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine en Afrique de l’Est : de la vision à l’action».
 
Pathé TOURE


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter