lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » APPEL A CANDIDATURE Concours FANAF 2020 de meilleures startups dans le domaine des assurances La BCEAO organise, du 18 au 23 novembre 2019, la deuxième édition de la Semaine de l'inclusion financière dans l'UEMOA, autour du thème "La digitalisation au service de l'inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav

Uemoa : « Si on ne garde pas le caractère autonome de Bceao, ce sera le chaos »

Mardi 14 Janvier 2020

Le professeur sénégalais Ahmadou Aly Mbaye tient à ce que le statut autonome et régional de la Banque centrale des états de l’Afrique de l’ouest (Bceao) soit préservé. Dans l’émission Objection de la radio sénégalaise Sud Fm, il soutient que concernant la zone de l’Union économique monétaire ouest Africain (Uemoa), les gens disent beaucoup de choses qui ne sont pas vérifiées par les faits, notamment sur le marché du crédit, les réserves de change etc… qui sont contraires à la vérité des données.


Rien à signaler quant au caractère autonome et régionale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest ! C’est ce que semble soutenir l’économiste et universitaire Ahmadou Aly Mbaye qui était l’invité de Baye Oumar Gueye sur Sud Fm.
 
En effet, le Doyen honoraire de la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar trouve que « ce qui est positif jusqu’ici c’est qu’on a eu une banque centrale autonome et cela est important ». Car, poursuit-il, je crois que l’erreur qu’on commet souvent c’est de vouloir tout confier à l’Etat. En fait Pr Mbaye est d’avis que confier à l’Etat des choses plus sensibles que la gestion de la monnaie dans un contexte de société patrimonialiste est dangereux. Parce qu’en ce moment-là, explique-t-il, c’est le politique qui décide de qui va avoir la monnaie.
 
A l’en croire, « si vous voulez par exemple importer une voiture ou payer l’éducation de vos enfants à l’extérieur, c’est le politique qui va dire est-ce que vous allez avoir des devises ou non »
 
Pour étayer ses propos, le Doyen rappelle qu’on a vu des pays appliquer un taux de change multiple. Par conséquent, dit-il, si c’est un ami du régime qui a besoin des devises on lui donne à un taux faible et si c’est quelqu’un d’autre on lui donne au plus fort , parce qu’on est dans une logique patrimonialiste.
 
« La bonne nouvelle est que la banque centrale, jusqu’ici échappe à ces logiques parce qu’elle est régionale. Aucun gouvernement individuel ne peut avoir une emprise sur la banque centrale », se réjouie M. Mbaye.
 
Par ailleurs, il souligne que dans le cadre de l’Uemoa, le débat est faussé parce qu’il y a beaucoup de choses que les gens disent et qui ne sont pas vérifiées par les faits.
 
« Quand les gens disent que le marché du crédit est plus contraint dans l’UEMOA que dans les autres pays, ce n’est pas vrai. Les données ne disent pas cela. Quand les gens disent que le niveau de financement de l’économie est plus important dans ces pays qu’au niveau de l’UEMOA ce n’est pas vrai », assène l’économiste.
 
Pour lui, quand les gens disent que nos réserves de change sont plus importantes que dans les autres pays, ce n’est pas vrai. Car, il brandit l’argument selon lequel les réserves de change du Sénégal et des autres pays de l’Uemoa rapportés au PIB, en termes relatifs, sont parfois inférieurs aux réserves de change de la Gambie.
 
En conséquence « si l’on doit changer, cette autonomie de la banque centrale il faut la garder. Parce que si on n’a pas cette autonomie ce sera le chaos ».
Bassirou MBAYE
 














Inscription à la newsletter