lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Transposition des normes de Bâle II et Bâle III : Que vise la Bceao ?

Mercredi 6 Décembre 2017

La transposition des normes de Bâle II et Bâle III par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest(BCEAO) dans notre environnement juridique est instaurée pour développer la résilience du système bancaire, rendre le système bancaire plus solide, et plus attractif vis-à-vis de l’extérieur.


Transposition des normes de  Bâle II et Bâle III : Que vise la Bceao ?
Selon plusieurs spécialistes, la BCEAO est un régulateur. En somme, elle vise la résilience. Elle considère que la résilience et la solidité des banques sont primordiales. C’est une première étape pour que les banques soient fortes. Il faut qu’elles aient  des fonds propres de qualité pour qu’elles soient capables de développer des crédits. En effet, si nos banques ne sont  pas suffisamment solide, suffisamment liquide, elles ne pourront  être  forcément de bons opérateurs économiques.
«Par conséquent,  pour la banque centrale, il faut  que les banques soient aux standards international parce qu’elles doivent couvrir des opérations de crédits, des opérations à l’exportation», note un habitué des places financières.
Ce qui fait qu’à un moment donnée, les gens qui sont à l’extérieur  et qui vont ouvrir un compte dans la zone Uemoa, vont commencer à exiger le respect de l’ensemble des dispositions de Bâle II, Bâle III puisqu’on ne peut pas être dans notre monde tout seul et ne pas faire attention à ce qui se passe ailleurs.
«C’est une étape importante pour insérer les banques locales dans le tissu international», ajoute un autre.
Aussi, il est très important  de savoir  que jusqu’à présent, nos  banques n’étaient pas suffisamment solides.  En vérité,  on a beaucoup de banques qui ne sont pas solides et qui ont des fonds propres de  très faible qualité. Ce qui est un risque pour le système bancaire.
«Si on n’a pas eu  jusqu’à présent des faillites de banques c’est parce que les Etats sont derrières», tranche un financier.
Mais le risque de faillite est une chose qui existe. Le fait de renforcer les fonds propres des banques est une excellente chose pour demain faciliter le crédit. L’idée de la banque centrale, c’est de renforcer la surveillance bancaire, renforcer le dispositif de surveillance globale des risques parce que dans le dispositif de Bâle II, Bâle III, on oblige les banques  à avoir en interne un dispositif de surveillance des risques. Exiger les actionnaires des banques de renforcer les capitaux propres pour être suffisamment solides et c’est également rationaliser un peu mieux l’activité des banques parce qu’on va dire à un banquier, aujourd’hui en fonction de la nature du crédit que vous  allez faire, on va vous exiger un niveau de fonds propres qui  peut  être différents.
«Donc en fonction de qui vous prêtez, la réglementation va vous exiger un niveau de fonds propres différents.  Donc on essaie également de discipliner  le marché bancaire. Globalement Bâle II, Bâle III est une bonne tendance, c’est une bonne évolution», diagnostique une spécialiste de la finance.
Ismaila BA
 














Inscription à la newsletter