lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


La BCEAO organise, du 18 au 23 novembre 2019, la deuxième édition de la Semaine de l'inclusion financière dans l'UEMOA, autour du thème "La digitalisation au service de l'inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Tiémoko Meyliet Koné, gouverneur de la Bceao : «Il faut veiller à ce que nos politiques et nos actions exploitent de façon optimale le potentiel des technologies financières »

Jeudi 31 Octobre 2019

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) abrite les 30 et 31 octobre, une conférence internationale sur le thème « Fintech : défis, opportunités et perspectives pour les pays en développement ». Selon le gouverneur de la Bceao, la rencontre d'aujourd'hui vient à point nommé car elle nous permet de prendre la mesure de la transformation historique que vit le secteur financier depuis quelques années avec l’avènement des FinTech.


«Innovations financières fondées sur la technologie, les FinTech se manifestent par des modèles d'affaires, des applications, des processus, des services ou des produits nouveaux, ayant un impact important sur les marchés financiers, les institutions financières et la fourniture des services financiers », a déclaré Tiémoko  Meyliet Koné lors de la cérémonie d’ouverture.  Il affirme que certes, la technologie et la finance sont toujours allées de pair, mais l'ampleur de l'impact disruptif des FinTech sur le système financier a surpris les régulateurs et les acteurs de la finance classique dans le monde. 

Les FinTech menacent d'obsolescence de nombreux métiers. Elles modifient profondément les pratiques des acteurs et ouvrent la porte à de nouveaux modes de fourniture et de consommation des services financiers. Ces nouveautés sont alignées sur les aspirations des populations, qui aspirent à des services financiers plus simples, plus efficaces, plus adaptés, plus accessibles et moins coûteux. Il a ajouté qu’au cours des dernières années, l'industrie des FinTech a montré sa capacité à répondre efficacement à ces besoins, à travers l'utilisation de nouvelles technologies, notamment le Big Data, l'intelligence artificielle, la Blockchain ou la biométrie.  Cette mutation, qui pourrait bouleverser l'équilibre du système financier, explique-t-il, est également porteuse de risques pour la stabilité financière, notamment en matière de cyber-sécurité, de blanchiment de capitaux et d'exercice illégal d'activités réglementées. Elle induit des enjeux importants, relatifs à la protection des consommateurs et de leurs données personnelles, mais aussi à ce qui concerne le droit à la concurrence. 

Bref, souligne le patron de la Bceao, c'est une révolution qui, si elle est maîtrisée, pourrait offrir une formidable opportunité de développement à nos pays. M. Koné estime que le contexte africain, caractérisé par une population jeune et ouverte aux nouvelles technologies, notamment la téléphonie mobile, est particulièrement propice au développement des FinTech.

«Nos pays représentent un terreau fertile pour le développement de cette industrie, ce qui pourrait contribuer à une croissance économique plus dynamique. En tant que régulateurs, nous avons le devoir de veiller à ce que nos politiques et nos actions exploitent de façon optimale le potentiel des technologies financières, tout en préservant la confiance en la stabilité de notre système financier », a indiqué le gouverneur de la Bceao.
Oumar Nourou


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter