lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Tension diplomatique entre Bamako et Paris : Pourquoi le Mali traîne la France au Conseil de sécurité

Jeudi 25 Août 2022

Jusqu’à présent, les Maliens attendent que le Conseil de sécurité de l’ONU donne une suite à la requête malienne d’une réunion d’urgence. Ainsi la tension entre le Mali et la France se poursuit malgré le départ définitif de la Force Barkhane du pays. Cette fois-ci, c’est à New York, au siège des Nations unies que Bamako a saisi le Conseil de sécurité en dénonçant « des activités considérées comme de l’espionnage, de l’intimidation voire de la subversion de la force Barkhane depuis l’annonce de son retrait ».


Tension diplomatique entre Bamako et Paris : Pourquoi le Mali traîne la France au Conseil de sécurité

Le 15 août 2022, date à laquelle les derniers soldats français de la force Barkhane ont quitté le territoire malien, la correspondance de la diplomatie malienne met à nu « la face cachée de l’opération Barkhane au Mali». Dans ladite correspondance, les autorités maliennes dénonce «plus de 50 cas délibérés de violation de l’espace aérien malien par des aéronefs étrangers, notamment opérés par les forces françaises sous différentes formes».

Dans le but de l’organisation d’une réunion d’urgence sur ces questions au Conseil de sécurité de l’ONU, le gouvernement du Mali a avancé quelques éléments pouvant prouver «les actes d’agression contre le Mali» pour «atteinte à la stabilité et à la sécurité du pays» de la part de la France. Pour rappel, le gouvernement avait déjà signalé des incursions similaires en janvier et avril dernier tandis que Paris avait nié ces allégations. Aussi, «aux actes d’indiscipline caractérisés par des refus d’obtempérer aux instructions des services de contrôle aérien, s’ajoutent des cas d’extinction des transpondeurs dans le but de se soustraire au contrôle. S’y ajoutent également des cas de falsification de documents de vol, ainsi que des cas d’atterrissage d’hélicoptères dans des localités hors aérodromes sans autorisation préalable».

Le 7 août, des attaques simultanées imputées à l’État islamique au grand Sahara (Eigs) ont fait 42 morts et de nombreux blessés parmi les forces armées maliennes (FAMa). Dans son communiqué, la direction de l’Information et des Relations publiques des armées (Dirpa) a immédiatement évoqué une forme de complicité extérieure. « Les opérations clandestines et non coordonnées enregistrées par les FAMa confirment la thèse que les terroristes ont bénéficié d’un appui majeur et d’une expertise extérieure », a ainsi déclaré la Dirpa.

Par ailleurs, le Gouvernement du Mali affirme avoir disposé de plusieurs éléments de preuve que ces violations flagrantes de l’espace aérien malien ont servi à la France pour « collecter des renseignements au profit des groupes terroristes opérant dans le Sahel et pour leur larguer des armes et des munitions». «Aussi, il convient de rappeler que c’est en raison de suspicions de manœuvres de déstabilisation de la France que le Gouvernement du Mali s’est fermement opposé à la demande de soutien aérien de la France au profit de la Minusma afin qu’elle ne se serve pas de la mission onusienne comme prétexte pour mener des opérations subversives visant à fragiliser davantage le Mali et la région du Sahel», dit-elle.

Cette correspondance vient aggraver les tensions qui existent déjà entre Paris et Bamako, en particulier depuis l’officialisation du départ de l’opération Barkhane du territoire du Mali. Au vu de toutes ses accusations, le Mali «se réserve le droit de faire usage de la légitime défense si les agissements français persistent, conformément à la Charte des Nations unies », a affirmé le ministre Diop.

Même si pour l’heure, les autorités françaises n’ont pas réagi avec précision à ces accusations, le Mali a invité le Conseil de sécurité à œuvrer pour que la France «cesse immédiatement ses actes d’agression» et demandé à la présidence chinoise de communiquer ces éléments aux membres du Conseil de sécurité. Après neuf ans de présence au Mali, Barkhane « s’est articulée hors du pays en moins de six mois. Les Français ont transféré ces six derniers mois toutes leurs emprises à l’armée malienne, dont la dernière, à Gao (Nord), ce lundi. Au total, «la France a dû sortir du Mali quelques 4 000 containers et un millier de véhicules, dont des centaines de blindés».

Nouhoum DICKO
https://www.maliweb.net/















Inscription à la newsletter