lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Tchad : Le directeur Afrique du Fmi juge indispensable le traitement de la dette par ses créanciers privés

Lundi 13 Septembre 2021

Dans une déclaration reçue au Journal de l’économie malienne (Lejecom), Abebe Aemro Selassie, directeur du département Afrique du Fonds monétaire international (Fmi) s’est prononcé sur la dette du Tchad vis-à-vis des créanciers privés.


« La situation économique et financière du Tchad continue de se détériorer sous l’effet conjugué des chocs subis par le pays : pandémie de Covid-19, baisse des cours du pétrole, changement climatique et attaques terroristes », lit-on dans la déclaration. Il a indiqué que les services du Fmi et les autorités tchadiennes maintiennent un dialogue étroit sur les mesures de politique économique. Selon M. Selassie, de récents entretiens ont confirmé les inquiétudes de plus en plus vives que suscitent les difficultés de financement auxquelles le Tchad est confronté, et qui ont contraint les pouvoirs publics à réduire des dépenses sociales et de développement essentielle ; si ces dépenses ne sont pas rapidement rétablies à leur niveau antérieur, on peut craindre de graves conséquences en matière sociale et pour la sécurité du pays.

« La dette du Tchad n’est pas jugée viable. Un traitement de cette dette est donc indispensable, et permettrait par la suite au conseil d’administration du Fmi d’approuver des financements à l’appui du programme soigneusement calibré de rééquilibrage des finances publiques du Tchad, ainsi que des réformes convenues avec les services du Fmi en janvier . Un tel traitement permettrait également à d’autres partenaires pour le développement de débloquer des aides financières
non négligeables », affirme Abebe Aemro Selassie.

Dans leur déclaration du 16 juin, a-t-il dit, les créanciers officiels participant au cadre commun du G20 pour les traitements de dette au-delà de l’Issd et appartenant au comité des créanciers du Tchad ont affirmé leur soutien au programme que le Fmi envisage d’appuyer en faveur du Tchad, et se sont dits prêts à négocier les conditions de restructuration de la dette en conséquence. M. Selassie estime qu’il est désormais nécessaire que les créanciers privés accordent un traitement similaire à la dette tchadienne.

« La mise en place d’un processus réaliste de restructuration de la dette détenue par les créanciers privés est nécessaire pour que le Tchad puisse sans délai bénéficier des financements officiels qui lui font défaut. Les créanciers privés, en se montrant pleinement disposés à négocier sans plus attendre les conditions de cette restructuration conformément aux paramètres du programme que le FMI envisage d’appuyer en faveur du Tchad, pourraient favoriser le redressement économique du pays et l’aider à réduire la pauvreté. La directrice générale du Fmi s’est jointe au comité des créanciers pour appeler à son tour les créanciers privés à convenir sans délai d’un traitement équivalent de la dette. La communauté internationale suivra de près l’évolution de la situation, et appelle de ses vœux des avancées concrètes dans les jours à venir dans les négociations entre le Tchad et ses créanciers privés. », a indiqué le directeur du département Afrique du Fmi.

Adou Faye














Inscription à la newsletter