lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Sous-secteur élevage au Mali : Renforcer les capacités du CNIA pour promouvoir le développement socio-économique

Dimanche 6 Janvier 2019

C’est le défi qu’entend relever le gouvernement malien à travers le ministère de l’Elevage et de la Pêche. L’information a été donnée lors de la 3è session du conseil d’administration du Centre d’insémination artificielle animale (CNIA). Dans ladite session, on a décidé de renforcer les capacités financières du CNIA avec une prévision de 1,6 milliard de FCFA pour atteindre les objectifs de 2019.


Présidée par la ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme Kané Rokia Maguiraga, la 3è session du conseil d’administration du Centre d’insémination artificielle animale (CNIA) a noté  la présence du directeur général dudit centre, Pr Diakaridia Traoré, des administrateurs et des collaborateurs.

La ministre en charge de l’Elevage a rappelé que l’insémination artificielle reste une priorité de son département, car elle contribue de façon significative au développement des filières lait et viande, par conséquent du sous-secteur élevage et donc à la croissance économique du Mali. Ainsi, le gouvernement, à travers le budget spécial d’investissements, a décidé de doter le CNIA d’infrastructures modernes afin de lui permettre de mieux répondre aux défis liés à la question d’insémination.

Pour l’année 2019, les perspectives s’annoncent bonnes pour le Centre. La poursuite des travaux de construction du siège du CNIA, l’amplification du programme d’insémination artificielle caprine au profit des associations féminines et des jeunes ruraux, la formation de nouveaux agents d’élevage en insémination artificielle ainsi que le recyclage des anciens et la poursuite des activités d’information, de sensibilisation et de formation des agro-éleveurs sur la gestion des troupeaux d’insémination sont des activités phares qui seront menée en 2019. Un budget de 1,6 milliard FCFA adopté par les administrateurs doit permettre au CNIA d’atteindre les objectifs assignés pour 2019.

 En 2015,  le CNIA est né  de la volonté du gouvernement de faire du sous-secteur élevage un levier du développement socio-économique qui contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations.
Le Centre a pour objet d’améliorer les productions animales par l’utilisation de la technique d’insémination artificielle. Il a pour objectifs de rendre les services de l’insémination accessible au plus grand nombre d’éleveurs, d’organiser les éleveurs autour des programmes d’amélioration génétique, de productions (lait et viande) et de conservation des races autochtones.

Le CNIA vise également l’amélioration de la production laitière des vaches par la sélection et le croisement, les revenus des producteurs par l’augmentation de la production de lait et de viande et surtout de réduire la facture d’importation de lait et produits laitiers.
Mahamane Maïga


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter