lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Situation sécuritaire au Sahel : Des organisations internationales demandent le renforcement de la protection des civils

Samedi 11 Janvier 2020

Alors que se réunissent à Pau le 13 janvier 2020, les principaux acteurs de la réponse militaire apportée aujourd’hui au conflit au Sahel, Action contre la faim (Acf), le Conseil norvégien pour les réfugiés (Nrc) et Oxfam, interpellent sur le manque de protection des civils et l’insuffisance de l’aide humanitaire apportée aux populations.


Le débat sur l’efficacité et la légitimité de l’opération française au Sahel ne doit pas occulter le manque de protection dont souffrent les populations civiles, prises en étau entre les groupes armés, les milices et les forces de sécurité nationales ou internationales.

«Tous acteurs confondus, les réponses militaires au Sahel en cours font autant partie du problème que de la solution. Au Mali 80 000 des personnes déplacées en 2019 déclarent avoir fui suite aux opérations militaires. Nous demandons donc de mettre la protection des populations au cœur du débat au Sahel », interpelle Maureen Magee, directrice régionale du Nrc.

Face à la gravité de la situation, les différents acteurs politiques et militaires doivent avant tout prendre leurs responsabilités envers les populations civiles et opérer un virage vital en commençant par garantir le respect du Droit international Humanitaire afin de contribuer à la protection de toutes les populations sans discrimination.

«Tout en renforçant impérativement la réponse humanitaire d’urgence, les Etats doivent également dans la mesure du possible soutenir des solutions durables pour les déplacés, la mise en place et le bon fonctionnement de la justice et des services sociaux de base », lit-on dans un communiqué reçu au Journal de l’économie malienne (Lejecom). « Les déplacements massifs, plus d’un demi-million de personnes en 2019, ont contribué à multiplier quasiment par trois, par rapport à l’année passée, le nombre de personnes en insécurité alimentaire et nutritionnelle sur la zone du Sahel central », déplore Mamadou Diop, le Représentant Régional d’Action contre la Faim.

Au Burkina-Faso, Victorine témoigne : « nous n’avons pas d’accès à l’eau, nous n’avons pas d’abris, plus aucune ressource, je ne peux pas manger tous les jours, sans aide humanitaire je ne peux pas subvenir aux besoins de ma famille ».

Malgré les investissements massifs dans les interventions militaires au Sahel, ajoute la même source, les violences n’ont fait que croitre en 2019, année qui s’est tragiquement terminée avec le massacre d’Arbinda, la veille de Noël, causant la mort de 35 civils, dont 31 femmes. « Il semble évident qu’une réponse uniquement militaire ne fonctionne pas, il faut regarder la réalité en face et explorer et investir de manière conséquente dans des solutions non- militaires, avec et pour les communautés affectées, et se mobiliser d’urgence pour répondre aux besoins humanitaires qui explosent », conclut Adama Coulibaly, Directeur Régional d’Oxfam. En 2019, les plans de réponse humanitaire n’ont été financés qu’à 50%.
Adou FAYE
 











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter