lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Rétention de produits de consommation : Le Premier ministre par intérim lance un appel pressant aux commerçants maliens

Mercredi 14 Septembre 2022

Mettant à profit l’interview accordée vendredi 09 septembre 2022 à la télévision nationale (ORTM), le colonel Abdoulaye Maïga a éclairé l’opinion avant de s’appesantir sur les neuf objectifs du Plan d’action du gouvernement. Lesquels restent des priorités pendant la période intérimaire. Aussi, le Premier ministre par intérim a exprimé son regret face à la pagaille organisée par certains commerçants.


Lors de l’intervention du Premier ministre par intérim, le sujet-non moins important-concernant la vie chère a été celui qui a le plus intéressé le consommateur malien.  Même si la question sécuritaire reste une grande préoccupation dans notre pays pour nombre de personnes et de leurs biens.
Reconnaissant les limites du gouvernement à maitriser les prix des produits de première nécessité sur le marché, il n’a pas manqué d’inviter les commerçants à respecter les prix plafonds fixés. Aussi, le Premier ministre par intérim les a exhortés à éviter la rétention de produits de consommation.
Alors que le gouvernement a accordé plus de 14 milliards de francs Cfa au titre de subvenions, les attentes restent en deçà des objectifs fixés. Le ministère de l’Industrie et du Commerce, à travers ses services techniques compétents, a du mal à mettre fin à la hausse illégale des prix de denrées de première nécessité.
Le cas du sac de sucre en est la parfaite illustration. Jusqu’à présent, on a du mal à faire respecter le prix plafond.  Contrairement à ce qui a été annoncé, le sac de 50 kg de sucre est vendu à plus de 30.000 francs Cfa par endroits à Bamako.  Selon plusieurs revendeurs, le sac est cédé entre 30 500, 31 000 et 31 250 au niveau de divers points de vente.
Pourtant, lors de la réunion du conseil national de prix tenue lundi 22 août dernier, le ministre de l’Industrie et du Commerce a annoncé le nouveau prix d’un kilogramme de sucre, celui d’un sac de sucre. Ainsi, le sucre kilogramme du sucre sera désormais cédé aux consommateurs à 650 francs Cfa et les grossistes vendront le sac de 50 kg à 30.000 francs Cfa. 
Il revient au Premier ministre par intérim, porte-voix du gouvernement, de servir davantage le peuple d’en bas, souffrant également de la cherté des prix de céréales (riz, mil, maïs).    
Mahamane Maïga

 

 

 














Inscription à la newsletter