lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Publicité au Mali : Les acteurs du secteur plus engagés à s’approprier la nouvelle législation

Jeudi 14 Mars 2019

Le Groupement professionnel des agences de communication du Mali (GPAC) a lancé, ce lundi 11 mars 2019, le processus de renouvellement des agréments des Agences de communication du Mali. A cette occasion, les acteurs du secteur se sont engagés à s’approprier la nouvelle loi pour une meilleure réglementation.


 L’événement historique était présidé par le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré. C’était en présence du président du GPAC, Amadou Moustapha Diop, de Gaoussou Drabo, ancien ministre de la Communication et représentant de la HAC, du maire de la Commune IV, Assane Sidibé, du secrétaire général du GPAC, Sidi Dagnoko et de nombreux acteurs de la communication.

Le secrétaire général du GPAC, Sidi Dagonko, a annoncé que des activités seront menées, dans les six mois à venir, par le groupement pour faire appliquer et respecter la loi.

Parmi ces activités, l’on peut citer la restitution du texte aux acteurs pour qu’ils puissent se l’approprier et l’appliquer, la signature d’une convention avec l’Agence malienne de presse et de publicité (AMAP) et l’Office de radio et télévision du Mali (ORTM).
Pour le président du GPAC, Amadou Moustapha Diop, la réglementation du secteur de la publicité marque un tournant décisif dan le secteur, longtemps confronté à des difficultés. Avec cette législation présentée par le ministère de tutelle et votée par les élus du peuple, M. Diop croit dur comme fer, que la publicité, en tant que profession, sera normalisée, appropriée et compétitive.
M. Diop a insisté sur l’importance de cette loi portant réglementation du régime général de la publicité. A ce sujet, il dira que ce cadre juridique rendra encore plus performant et transparent le métier de la publicité. Il le rendra encore plus rentable et créatif dans la production de contenus.

Prenant la parole, le ministre Arouna Modibo Touré a indiqué que la loi sur le régime général de la publicité vient pour, enfin, organiser le secteur. Il précisera ensuite que cette organisation ne peut se faire sans l’implication effective de tous les acteurs du secteur. Pour le ministre Touré, la nouvelle réglementation est placée sous le signe du « renouveau » afin d’aider le secteur à faire face à la concurrence déloyale et à la perte de ressources.

« Nul doute que le secteur de la publicité est un acteur majeur du développement », a souligné le ministre de l’Economie numérique et de la Communication en rappelant que la publicité est un secteur qui crée des emplois formels et qui participe à la redistribution de la richesse.

« La base juridique permettra également au secteur de faire face à la concurrence au sein de l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) », dira-t-il. Un espace qui demande plus de productivité et d’ingéniosité. Arouna Modibo Touré a appelé les acteurs de la publicité à s’inscrire dans l’innovation et dans la numérisation.

Auparavant, le maire de la Commune IV a salué la nouvelle loi n° 2017-017 du 12 juin 2017, portant régime général de la publicité au Mali. Selon lui, cette législation permettra à la municipalité de mieux identifier les acteurs de la publicité.
Mahamane Maïga
 
 
 














Inscription à la newsletter