lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Ministre, Abdoulaye Diop sur la coopération russe : « Il appartient aux Maliens de décider avec qui ils veulent travailler »

Mercredi 1 Juin 2022

En marge de sa visite le 20 mai dernier à Moscou où il a été reçu par son homologue Serguei Lavrov, le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop a accordé une interview à une chaine internationale sur la question de la coopération entre le Mali et la Russie. Le patron de la diplomatie malienne y a laissé entendre qu’aujourd’hui, le Mali dans le domaine de la sécurité a choisi la Russie parce que ce pays répond à nos attentes.


Le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, à la tête d’une forte délégation, était en visite en Russie le 20 mai 2022. Cette visite à Moscou a été marquée par la rencontre entre le patron de la diplomatie malienne et son homologue russe, Serguei Lavrov.

En effet, ce dernier avait dénoncé la « mentalité coloniale » de Paris et de l’Europe au Mali. Le retrait militaire de la France du pays, en février dernier, s’était opposé dans un contexte sécuritaire dégradé et sur fond de tension entre la France et la junte militaire au pouvoir, accusée par les occidentaux d’avoir recours aux services du groupe militaire privé russe Wagner, considéré comme un bras armé du kremlin.

Dans cet entretien, M. Diop a signalé à qui veut l’entendre que le Mali appartient aux Maliens et qu’il appartient à ceux-ci de décider avec qui ils veulent travailler. Il estime qu’il faut qu’on sorte de cet état d’esprit de vouloir dire aux gens ce qu’ils doivent faire, là où ils doivent aller, qui ils doivent fréquenter.

« C’est notre pays, c’est à nous de savoir ce que nous voulons et je pense que nous sommes assez grands et je peux même penser que nous sommes très intelligents pour comprendre où se trouve notre intérêt », dit-il. Il demande à cet effet, à certains partenaires de cesser avec condescendance en disant de faire attention à la Russie ou à la Chine. « Je suis sûr que les Africains, les Maliens sont capables de comprendre ce qui est bien ou mauvais dans la relation avec chaque pays y compris ceux qui viennent nous donner de leçon », explique le patron de la diplomatie malienne.

Pour lui, il faut juste se respecter les uns et les autres et venir en toute humilité, c’est absolument normal que chaque pays cherche son intérêt, mais il faut que ça soit dans un esprit gagnant-gagnant et qu’on ne soit pas dans des politiques de prédations vis-à-vis des pays. A ses dires, aujourd’hui, il s’agit pour l’Afrique de sortir de cette approche du juste d’exportation des matières premières, nous voulons que ces pays viennent investir dans l’agriculture, dans la transformation de nos économies, dans l’industrialisation. Comment créer des valeurs ajoutées ? Les taux de transformation de coton au Mali est très bas et si nous pouvons amener ces taux de transformation à des niveaux importants ça créera beaucoup plus d’emplois. Du coup on aura les moyens pour faire face à des problèmes politiques, d’insécurité, d’emplois des jeunes, entre autres.

https://www.maliweb.net/















Inscription à la newsletter