lejecom  Le journal de l’économie Malienne


Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure.

Mali : l’ONU condamne un massacre dans la région de Mopti et appelle à un sursaut national

Mercredi 12 Juin 2019

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) ont vivement condamné lundi un massacre, qui aurait fait au moins 95 morts parmi des civils la veille dans un village de la région de Mopti, et le chef de la MINUSMA a réclamé un « sursaut national ».


Selon des informations concordantes et corroborées par les autorités locales, une attaque meurtrière a visé dimanche dans la soirée des civils dans le village de Sobanou-Kou, situé à 43 kilomètres au nord-est de la ville de Bandiagara dans la région de Mopti, au centre du Mali.

« Selon les informations préliminaires disponibles, de nombreux hommes armés ont fait irruption dans le village et mené une attaque qui a causé au moins 95 morts et de nombreux blessés. Ce bilan est confirmé par des sources officielles et des témoins sur place », a précisé la MINUSMA dans un communiqué de presse.

M. Guterres s'est déclaré « outré » par cette attaque qu'il a condamné avec la plus grande fermeté. Il appelle les autorités maliennes « à enquêter rapidement sur les circonstances de cette tragédie et à traduire les responsables en justice », a dit son porte-parole dans un communiqué de presse.

« Le Secrétaire général en appelle à toutes les parties prenantes maliennes à faire preuve de retenue et à s’abstenir de représailles. Il exhorte le gouvernement et tous les acteurs à engager un dialogue intercommunautaire pour résoudre les tensions et les différends », a-t-il ajouté.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, Mahamat Saleh Annadif, s’est également dit « choqué et outré » par cette nouvelle attaque dans le centre du Mali. « Je condamne fermement cet acte d’une barbarie inqualifiable, ainsi que les appels à la violence. J’appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice », a-t-il dit.

La MINUSMA soutient les efforts des autorités maliennes« Ce drame nous rappelle également et malheureusement que dans cette spirale de la violence, il n’y a pas les méchants d’un côté et les gentils de l’autre. Tout le monde est responsable. Le seuil de l’intolérable est atteint et le temps d’un sursaut national s’impose. La MINUSMA prendra toute sa part de responsabilité », a ajouté M. Annadif.

La MINUSMA soutient les efforts des autorités maliennes

Le Secrétaire général et le chef de la MINUSMA ont présenté leurs sincères condoléances aux familles des victimes, au peuple et au gouvernement du Mali, et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. 

La MINUSMA coordonne depuis lundi matin sa réponse en soutien aux efforts des autorités maliennes. Le système des Nations unies au Mali se mobilise pour apporter une assistance humanitaire en soutien aux populations touchées par ce drame.

Les opérations sécuritaires actuellement en place par la MINUSMA dans le centre du Mali sont en cours de redéploiement dans le but d’appuyer les forces de défense et de sécurité maliennes dans leurs efforts de sécurisation et de protection de la population.
En soutien au gouvernement malien, la mission onusienne a également fourni lundi matin un appui aérien afin de prévenir toute nouvelle attaque, a précisé la MINUSMA, qui a également déployé une mission d’enquête spéciale des droits de l’homme sur les lieux pour faire la lumière sur ces incidents et appuyer les autorités maliennes dans leurs enquêtes judiciaires.

Le Représentant spécial a indiqué que la MINUSMA se tenait prête à soutenir le gouvernement malien pour toute action susceptible d’apaiser la situation.
Un.org














Inscription à la newsletter