lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Mali : La finance islamique comme mode de financement alternatif

Mardi 18 Septembre 2018

Pour son second quinquennat, le président de la République Ibrahim Boubacar Keita(IBK) entend mettre l’accent sur la promotion d’une croissance inclusive. D’ailleurs, ce point figure parmi les axes prioritaires indiqués dans la feuille de route présentée au Chef du gouvernement. Dans ce cadre, le président Ibrahim Boubacar Keïta insiste sur la promotion de la finance islamique comme mode de financement alternatif.


Pour rappel, la finance islamique est basée sur les principes de la loi islamique qui imposent justice, équité et transparence. Elle se distingue des pratiques financières conventionnelles par une conception différente de la valeur du capital et du travail. Ainsi, ses pratiques mettent en avant l’éthique et la morale et puisent leurs sources dans la révélation divine et dans la sunna tout en s’inspirant des pratiques économiques et financières à l’époque du prophète Mahomet, PSL.
Dans l’espace UEMOA, le texte réglementaire sur la finance islamique est entré en vigueur au premier trimestre 2017.  Au Mali, sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des ministres du 31 mai 2018 a adopté un projet de loi portant modification de la Loi n°10-013 du 20 mai 2010 portant réglementation des Systèmes financiers décentralisés.
Il ressort que cette Loi  ne permet pas aux institutions de la micro finance de proposer exclusivement ou à titre principal des produits de la finance islamique. Elle vise à transposer, au plan national, la loi uniforme du 29 septembre 2017 modifiant et complétant la loi portant règlementation des systèmes financiers décentralisés de l’Union monétaire ouest africaine.
Par ailleurs, il faut noter que le Mali a eu  à recourir à la finance islamique. Cela s’observe à  travers le  lancement d’une première émission d’obligations islamiques en février dernier pour un montant de 150 milliards de Fcfa sur le marché régional de l’UEMOA. L’opération vise à permettre au pays de mobiliser davantage de financements pour des projets de développement.
Mahamane Maïga


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter