lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Mali - Boubou Cissé table sur une croissance de 5 % pour 2019

Mercredi 6 Février 2019

L’économie malienne se porte de mieux en mieux avec un cadre macro-économique assaini.


Mali - Boubou Cissé table sur une croissance de 5 % pour 2019
Le Ministre de l’Economie et des Finances du Mali l’a fait savoir à lancement officiel des activités de la dernière-née des filiales de banques au Mali, à savoir « United Bank For Africa » en abrégé UBA-Mali. C’était dans la matinée de ce lundi 4 février à Bamako
 
En effet, fait-il savoir, pour l’année 2019, le dynamisme économique devrait se poursuivre avec un taux de croissance, en termes réels, de 5 % contre 5,1% un an plus tôt.
A l’en croire, cette embellie serait portée par la vigueur de l’activité agricole ainsi que le dynamisme du secteur des bâtiments et travaux publiques qui continuent de bénéficier de l’exécution de grands chantiers au niveau des infrastructures de base.
 
M. Cissé confie que la hausse de la production agricole est, quant à elle, liée à la pluviométrie globalement satisfaisante et à la poursuite des actions mises en œuvre par l’Etat, sous l’impulsion du Président de la République, pour soutenir les principales filières de ce secteur vital pour notre économie nationale.

Avant d’ajouter que l’inflation est contenue, avec un taux de 1,9% attendu pour la fin de l’année 2019, imputable essentiellement à l’abondance de la production vivrière et le frémissement observé au niveau des prix des produits importés notamment les produits pétroliers.
 
Dans ce cadre, poursuit-il, le Gouvernement entend redoubler d’efforts pour améliorer la diversification économique et promouvoir une croissance plus inclusive, conformément à la volonté du Président de la République, le Chef de l’Etat.
 
A l’en croire, le Gouvernement s’attachera à améliorer le cadre des investissements et à accroître l’attractivité des investissements directs étrangers.
M. Cissé d’ajouter qu’une haute priorité sera accordée aux dépenses d’investissement visant à améliorer les infrastructures, telles que les routes et la couverture en électricité et eau potable.

En outre, poursuit-il, le Gouvernement s’attachera à préserver les dépenses dans les secteurs prioritaires, y compris l’éducation et la santé. Il privilégiera une politique centrée sur l’amélioration du climat des affaires et du capital humain.
Mahamane Maiga                  
 
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter